N° 247 - Avril 2020

Interminable séparation…

Auteur(s) : Christophe JANSSEN, Psychanalyste, docteur en psychologieNbre de pages : 8

Certaines séparations, pourtant voulues, prennent énormément de temps, voire parfois ne semblent jamais résolues. Comment comprendre ce nœud psychique qui perdure ? Le thérapeute doit laisser se déployer l’irrationnel, pour permettre au couple de faire le deuil des alliances inconscientes et des illusions qui soutenaient leur union.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

L’utilisation de poupées et peluches en Ehpad

Auteur(s) : Christine LOUCHARD-CHARDON, Psychologue clinicienneNbre de pages : 6

Souvent, les personnes âgées souffrant de démence s’emparent de poupées ou de peluches. Peut-on alors parler d’objet transitionnel ? Quel est la fonction de ces jouets et quelle place leur accorder ? Éclairage clinique

Lire la suite

5,00 €
N° 243 - Décembre 2019

Contagion délirante et mélancolie dans la paranoïa

Auteur(s) : Ariane BILHERAN, Psychologue clinicienneNbre de pages : 6

Le délire paranoïaque a la particularité d’être contagieux… Dans ce contexte, les mécanismes psychiques à l’oeuvre sont notamment la collusion entre le noyau mélancolique du paranoïaque et les traces de deuil pathologique non résolu chez le « paranoïé ».

Lire la suite

5,00 €
N° 235 - Février 2019

Le processus psychique du deuil

Auteur(s) : Marie-Frédérique BACQUE, psychologue, psychanalyste, professeure de psychopathologie cliniqueNbre de pages : 8

Le deuil est un phénomène de détachement progressif du lien affectif, qui se produit un certain temps après la mort d’un être cher. Dans une société où les rites mortuaires disparaissent, renouer avec la parole autour de la mort reste la meilleure façon de soutenir les personnes endeuillées.

Lire la suite

5,00 €
N° 235 - Février 2019

Deuil n’est pas mélancolie

Auteur(s) : Elisabeth BLAIN, psychanalysteNbre de pages : 6

Pour le sujet névrosé, le deuil entraîne une douleur profonde mais l’objet se maintient, au moins au niveau du fantasme. Chez les sujets psychotiques, faute d’objet, la perte peut engendrer un délire mélancolique. retour sur la différenciation établie par Freud.

Lire la suite

5,00 €
N° 233 - Décembre 2018

L’angoisse, une maladie contemporaine

Auteur(s) : Olivier DOUVILLE, PsychanalysteNbre de pages : 6

Pourquoi l’angoisse est-elle devenue un des problèmes majeurs de la psychopathologie ? De quelle souffrance ou de quelle plainte est-elle le nom ? Aperçu des théories psychanalytiques de l’angoisse.

Lire la suite

5,00 €
N° 229 - Juin 2018

« Avec Rose, on se sent dans une impasse »

Auteur(s) : Dominique FRIARD, Infirmier, formateurNbre de pages : 5

Une équipe soignante épuisée est mise en échec par les comportements de Rose, une patiente état limite qui la soumet à rude épreuve. Dans le cadre d’une formation, une infirmière se mobilise pour revisiter, l’histoire, la clinique et le parcours de cette patiente.

Lire la suite

5,00 €
N° 228 - Mai 2018

Schizophrénies et clinique de l’habiter

Auteur(s) : Fabien Agneray, PsychiatreNbre de pages : 6

Les schizophrénies sont des pathologies de l’habiter. L’accompagnement au logement est donc déterminant pour le maintien dans la communauté des personnes qui en
souffrent. Rappels de quelques éléments de compréhension de la clinique de l’habiter.

Lire la suite

5,00 €
N° 219 - Juin 2017

Etats limites : une rude tâche pour le clinicien

Auteur(s) : Vincent Estellon, psychanalyste, Pr de psychopathologie clinique, Directeur du Master Psychologie clinique et psychopathologieNbre de pages : 6

Si le fonctionnement limite traduit la psychopathologie du lien, le thérapeute doit pouvoir envisager une élasticité
du cadre de soin pour se dégager de la communication paradoxale émise par le patient.

Lire la suite

5,00 €
N° 214 - Janvier 2017

Approche psychosomatique de l’alexithymie

Auteur(s) : Maurice Corcos, Psychiatre, psychanalysteNbre de pages : 6

L’alexithymie correspond à un fonctionnement psychique régressif ou constitutionnel qui permettrait un verrouillage d’affects face à une situation traumatisante. Son caractère de défense exposerait au risque psychosomatique en cas de débordement de l’appareil psychique.

Lire la suite

5,00 €