N° 252 - Novembre 2020

Du trauma au passage à l’acte criminel

Thierry, pris en charge au sein de l’Unité hospitalière spécialement aménagée (Uhsa), utilise le passage à l’acte pour éviter l’effondrement narcissique. Au cours d’un travail psychothérapique, émerge la question du psychotraumatisme.

Lire la suite

N° 240 - Septembre 2019

«C’est moi … et c’est pas moi»

Auteur(s) : Jérôme Hetté, Psychologue clinicienNbre de pages : 4

Certains crimes paraissent commis par des sujets en états dissociatifs, incapables de relier leur passage à l’acte violent avec leur vie et leurs comportements habituels. Le suivi thérapeutique devra interroger ce clivage du moi et lui donner sens.

Lire la suite

5,00 €
N° 240 - Septembre 2019

Le déni pour survivre

Auteur(s) : Nicolas Gougoulis, Psychiatre, PsychanalysteNbre de pages : 6

Le déni est un mécanisme de défense du moi, qui rejette hors du champ psychique toute donnée menaçante. S’il est présent au cours du développement psychique ordinaire du sujet, il prend un caractère pathologique dans les structures perverses et psychotiques. Introduction à une notion riche et souvent mal comprise.

Lire la suite

5,00 €
N° 240 - Septembre 2019

Le choc du déni, la paix trompeuse du clivage

Auteur(s) : Bernard Odier, Psychiatre des Hôpitaux, Chef de serviceNbre de pages : 6

Déni et clivage sont la potion amère et le pain quotidien des soignants qui prennent en charge des patients états-limites ou psychotiques. Il faut engager un effort de compréhension clinique globale pour tenter de se représenter à quoi échappent ces patients qui écartent la réalité.

Lire la suite

5,00 €
N° 240 - Septembre 2019

Déni et paradoxes dans l’anorexie

Auteur(s) : Katryn Driffield, Docteur en psychopathologie clinique, PsychanalysteNbre de pages : 6

De manière constante, une personne anorexique est dans le déni de son apparence, de son comportement alimentaire, de son besoin de nourriture et de sa souffrance émotionnelle. Le soignant doit tenter de la rejoindre dans ses paradoxes, mais sans devenir complice.

Lire la suite

5,00 €
N° 235 - Février 2019

Le soignant et le deuil

Auteur(s) : Marguerite CHARAZAC-BRUNEL, psychanalyste, Gaëlle VOISINET, psychologueNbre de pages : 8

S’il peut paraître « blindé » face à la mort, le soignant est lui aussi déséquilibré après le décès d’un proche. Dans sa pratique clinique, il doit alors se confronter à ses propres conceptions et croyances. Cas cliniques et repères théoriques.

Lire la suite

5,00 €
N° 219 - Juin 2017

« Ma mère m’a abandonné à la psychiatrie »

Auteur(s) : Léa Martinez, infirmièreNbre de pages : 6

Morgan se qualifie de « vivant mort ». Au cœur de la conflictualité qui l’habite, à la rencontre de sa souffrance et de
sa violence, maintenir une capacité d’accueil semble une tâche impossible pour des soignants en perpétuel déséquilibre.

Lire la suite

5,00 €
N° 218 - Mai 2017

Maladies du deuil et toxicomanies

La psychanalyse permet d’éclairer comment des situations de deuil pathologique provoquent parfois des « fantasmes d’incorporation » chez les patients souffrant d’addictions. Au fil de sa thérapie, Sabine, héroïnomane de 32 ans, confie un parcours de vie émaillé d’abandon et de décès brutaux…

Lire la suite

N° 217 - Avril 2017

Parler de la mort en institution

Auteur(s) : Marguerite Charazac-Brunel, psychologue clincienne, psychanalyste, expert honoraireNbre de pages : 6

Les personnes âgées vivant en institution ont un immense besoin de s’exprimer sur la mort. Cependant, pour accueillir de tels échanges, les soignants doivent eux-mêmes être (relativement) au clair avec ces sujets et bénéficier de lieux d’écoute.

Lire la suite

5,00 €