N° 246 - Mars 2020

L’utilisation de poupées et peluches en Ehpad

Auteur(s) : Christine LOUCHARD-CHARDON, Psychologue clinicienneNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Souvent, les personnes âgées souffrant de démence s’emparent de poupées ou de peluches. Peut-on alors parler d’objet transitionnel ? Quel est la fonction de ces jouets et quelle place leur accorder ? Éclairage clinique

Il n’est pas rare aujourd’hui de voir que des poupées ou des peluches sont mises à disposition des personnes âgées vivant en Ehpad, notamment dans les unités de vie accueillant des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Mais qu’en est-il de l’utilisation de ces objets qui, pour une part, font aujourd’hui l’objet d’un marché commercial ? À quoi répondent-ils sur le plan psychique chez des adultes âgés dont la pensée se défait ? Quelle est leur fonction pour les patients comme pour les soignants ? En quoi sont-ils ou ne sont-ils pas des objets transitionnels ? Nous proposons d’interroger ici ce qui se joue, ou ne se joue pas, avec de tels objets et quelle peut être leur place dans les pratiques cliniques.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro