N° 235 - Février 2019

Deuil n’est pas mélancolie

Auteur(s) : Elisabeth BLAIN, psychanalysteNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Pour le sujet névrosé, le deuil entraîne une douleur profonde mais l’objet se maintient, au moins au niveau du fantasme. Chez les sujets psychotiques, faute d’objet, la perte peut engendrer un délire mélancolique. retour sur la différenciation établie par Freud.

La mélancolie indique l’impossibilité du deuil ; chez le névrosé la douleur est profonde mais l’objet se maintient, au moins au niveau du fantasme. Chez les psychotiques, l’absence d’objet amène parfois une culpabilité sans fin avec un virage vers un délire de persécution qui coexiste avec la position mélancolique. Le travail de Freud est une excellente réponse à la question posée par Shakespeare, à savoir « Deuil ou Mélancolie » ?

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro