N° 256 - Mars 2021

« Chère équipe, je vous remercie… »

Auteur(s) : Benoît CHALANCON, infirmier de recherche clinique, et Élise CLEVA, infirmièreNbre de pages : 6

Le dispositif VigilanS permet de déployer un « artisanat de l’accompagnement de la crise suicidaire ». Chaque prise en charge est à la fois très structurée et singulière, au plus près de la situation humaine rencontrée. Illustration avec deux cas cliniques bien différents.

Lire la suite

5,00 €
N° 256 - Mars 2021

Autour de la promesse du lien

Auteur(s) : Élodie CAMIER-LEMOINE, chargée de mission scientifique, et Édouard LEAUNE, praticien hospitalo-universitaireNbre de pages : 6

La promesse du lien dans le soin traduit-elle l’accompagnement, l’engagement du soignant dans le champ de la prévention du suicide ? Si oui, de quelle(s) manière(s) ? Et que permettrait-elle ?

Lire la suite

5,00 €
N° 256 - Mars 2021

« Ça a été un choc, je me sentais coupable… »

Auteur(s) : Christine DURIF-BRUCKERT, chercheuse en psychologie sociale et anthropologue, Bruno CUVILLIER, chercheur en psychologie du travail, Édouard LEAUNE, praticien hospitalo-universitaireNbre de pages : 6

Si la confrontation au suicide d’un patient constitue un évènement particulièrement déstabilisant au cours de l’internat en psychiatrie, il s’avère possible de le transformer en une expérience formatrice, à la condition d’un accompagnement institutionnel et pédagogique à la hauteur des effets qu’il induit chez ces jeunes praticiens.

Lire la suite

5,00 €
N° 254 - Janvier 2021

Le côté sombre de l’empathie

Auteur(s) : Christophe PACIFIC, cadre supérieur de santéNbre de pages : 7

La posture soignante doit se méfier de l’idée de ressentir ce qu’éprouve autrui, ce n’est pas le sujet du soin. C’est en cela que l’empathie n’aide pas le patient et empoisonne le soignant. Il est temps de douter de ses bénéfices sans condition…

Lire la suite

5,00 €
N° 254 - Janvier 2021

Impact émotionnel de l’intersubjectivité

Auteur(s) : Slimane ZERROUK, infirmierNbre de pages : 4

Plusieurs hospitalisations en UMD, un comportement violent, des passages à l’acte récurrents… À 23 ans, Lucas est un patient qui fait peur. Pour ne pas s’enfermer dans le piège de la répression et de la soumission, les soignants s’interrogent sur leur propre vulnérabilité.

Lire la suite

5,00 €
N° 254 - Janvier 2021

Le travail émotionnel des soignants

Auteur(s) : Marc LORIOL, sociologueNbre de pages : 6

Le travail émotionnel caractérise le double effort fait par les soignants pour maîtriser leurs propres émotions et celles des patients. Insuffisamment reconnu, il est envisagé comme une question de compétence individuelle alors qu’il s’agit d’une activité collective.

Lire la suite

5,00 €
N° 254 - Janvier 2021

Gérer par les émotions

Auteur(s) : Philippe REY-BELLET, directeur médical, Raymond PANCHAUD, directeur des soins ; Fondation de NantNbre de pages : 6

Les impératifs de gestion contemporaine des soins doivent inclure les mouvements psychiques et émotionnels des patients et des équipes. Dans ce contexte, le fonctionnement institutionnel doit favoriser les interactions entre clinique et théorie et entre dispositif de soin et management.

Lire la suite

5,00 €
N° 253 - Décembre 2020

Délire psychotique : le choix du dialogue

Auteur(s) : Gilles BANGERTER, infirmier en psychiatrie, Alexia STANTZOS, infirmière cheffe, et Bertrand GRAZ, médecinNbre de pages : 5

Que faire face à la personne délirante ? Parler, se taire, évaluer, converser ?… À ce stade, le patient a avant tout besoin que l’on reconnaisse son expérience comme réelle. Action de premier secours, le Dialogue de crise vise à rétablir la communication.

Lire la suite

5,00 €
N° 253 - Décembre 2020

Le délire n’empêche pas le soin !

Auteur(s) : Dominique FRIARD, infirmier et superviseur d'équipesNbre de pages : 6

Hospitalisé au long cours, Camille, la quarantaine, fait peur à toute l’équipe soignante, avec ses cris, son délire et ses vociférations. Attentif au contenu de son délire, un infirmier chemine avec lui autour d’une médiation. Plusieurs prises en charge lui sont proposées et la contenance psychique opère.

Lire la suite

5,00 €
N° 251 - Octobre 2020

Les quiproquos dans la relation de soin

La psychoéducation a parfois des effets inattendus : en proposant à l’usager de partager des connaissances sur sa maladie, elle peut le priver de son propre point de vue, au risque d’une « décohérence de l’esprit ». De nouvelles psychothérapies centrées sur l’expérience vécue peuvent éviter ce phénomène.

Lire la suite