N° 220 - Septembre 2017

Les savoirs positifs des entendeurs de voix

Auteur(s) : Magali Moliné, vice-présidente du Réseau Français sur l'Entente de Voix et Vincent Demassiet, entendeur de voix, facilitateur des groupes du Nord, formateur et conférencier, président du REV FranceNbre de pages : 5
FacebookTwitterLinkedInEmail

On peut se dégager d’une identité de malade et développer celle, plus positive, de personne qui entend des voix. Pour cela, le Réseau sur l’entente de voix offre des espaces non jugeants, propices à l’auto-réflexivité, la recherche du sens, la mutualisation des savoirs concernant les expériences vécues et les moyens de composer avec.

On peut se dégager d’une identité de malade et développer une identité positive de personne qui entend des voix. Pour cela, le Réseau sur l’entente de voix (REV France) offre des espaces non jugeants, propices à l’auto-réflexivité, la recherche du sens, la mutualisation des savoirs concernant les expériences vécues et les moyens de composer avec. À tous les niveaux du mouvement, les entendeurs de voix peuvent développer leurs compétences : depuis les groupes d’entraide jusqu’à l’organisation des congrès, les interventions de formation en santé mentale, les recherches scientifiques, les publications… À ce titre, le terme convenu pour les désigner comme « experts par expérience » s’avère bien insuffisant. Il les cantonne au seul domaine de la connaissance de leurs troubles, alors qu’en partenariat avec leurs alliés, ils ont construit collectivement une proposition d’émancipation dont les soignants peuvent également bénéficier.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro