N° 219 - Juin 2017

Etats limites : une rude tâche pour le clinicien

Auteur(s) : Vincent Estellon, psychanalyste, Pr de psychopathologie clinique, Directeur du Master Psychologie clinique et psychopathologieNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Si le fonctionnement limite traduit la psychopathologie du lien, le thérapeute doit pouvoir envisager une élasticité du cadre de soin pour se dégager de la communication paradoxale émise par le patient.

Hantés simultanément par des angoisses intrusives et abandonniques face à l’objet, les personnes états limites sont dans une problématique du lien invivable. Chaque frustration, chaque déception en provenance de l’objet, provoque des effets cataclysmiques qui amènent à l’angoisse de perte du sentiment de continuité d’existence. Appuyé sur son expérience clinique, l’auteur explore cette problématique du lien à l’autre dans le cadre de la relation thérapeutique, éclairant les notions de transfert paradoxal. La connaissance par l’analyste du mode de communication pathogène du patient peut réanimer le processus analytique, en ouvrant à une autre écoute susceptible d’ouvrir des voies de dégagement à ce système d’emprise mortifère.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro