N° 224 - Janvier 2018

L’amour « désaliéné » dans la relation thérapeutique

Auteur(s) : Jenny Locatelli, psychanalysteNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Comment, sans un sentiment d’affection authentique, un thérapeute peut-il établir une relation de confiance et tisser un lien pour parvenir à assouplir les défenses du patient ? L’amour « désaliéné » lui permet de se connecter à l’enfant souffrant à l’intérieur de l’adulte. Cette qualité « d’être » se construit par un travail personnel approfondi et continu.

La notion d’amour a longtemps été taboue dans la relation thérapeutique. À travers de nombreux exemples, l’auteur s’attache à démontrer qu’il en constitue à l’inverse le principe vivifiant. Seul l’amour désaliéné, sublimé, débarrassé de ses dimensions pulsionnelles et narcissiques et libéré de ses traits névrotiques (illusion, jalousie, possessivité…) permet d’établir une relation de confiance et assouplir les défenses du sujet, pour lui permettre d’accéder à sa souffrance et à ses modes relationnels pathologiques pour les transformer.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro