N° 69 - Juin 2002

Sexologie. L'obscur objet du désir...

FacebookTwitterLinkedInEmail

Si la sexologie occidentale moderne peut se prévaloir d’un certain nombre d’acquis, une garantie essentielle lui fait toujours défaut : sa reconnaissance institutionnelle. La sexologie s’exerce donc « en vente libre ». Femmes ou hommes, ils viennent consulter et interroger une sexualité défaillante. Les troubles décrits appartiennent tant au champ de la psyché que du soma et c’est donc le plus souvent dans l’association des techniques, et le travail en réseau, que ces troubles trouvent une issue favorable. Reste que le soignant confronté au « mal sexuel » est souvent peu, voire pas du tout, formé à ces problématiques; une lacune qui le renvoie à sa propre sexualité et qui complexifie encore la relation thérapeutiques.