N° 228 - Mai 2018

Schizophrénie : habiter un logement ?

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dans les schizophrénies, habiter ne va pas de soi. L’accompagnement au logement est donc déterminant pour le maintien des patients dans la communauté. Cet accompagnement parfois difficile et infructueux doit être considéré à la lumière d’une clinique de l’habiter, pour penser l’inscription dans un « chez soi ». Par ailleurs, face aux retentissements de la maladie sur le fonctionnement quotidien, les soignants peuvent s’appuyer sur les outils de la réhabilitation psychosociale, en particulier ceux de la remédiation cognitive.