N° 227 - Avril 2018

La pénalisation de la folie

Auteur(s) : Paul Bensussan, PsychiatreNbre de pages : 4
FacebookTwitterLinkedInEmail

Pour se garder de l’arbitraire, le psychiatre expert doit s’appuyer sur la clinique et des arguments objectifs, et non pas sur des idéologies quant aux fonctions du procès et de la peine. Repères éthiques.

En cas de délits ou de crimes, la loi actuelle permet de distinguer des personnes souffrant de troubles psychiatriques abolissant le discernement (et entrainant l’irresponsabilité pénale) de personnes souffrant de troubles psychiatriques l’ayant temporairement altéré. Dans le second cas, le sujet demeure punissable. Dans ce contexte, l’expertise doit être très clairement centrée sur le diagnostic précis d’eventuels troubles psychiques, basé sur la clinique et des preuves scientifiques, et non sur des idéologies quant aux fonctions d’un procès et la peine.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro