L’Igas décortique le conflit à Paul-Guiraud

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dans un nouveau rapport sur le Groupe hospitalier Paul-Guiraud (GHPG) à Villejuif, l'Inspection générale des affaires sociales (Igas)  émet différentes propositions pour faire de l'établissement réputé pour ses batailles intestines et le «mauvais climat social qui mine son fonctionnement», une «zone de dialogue social prioritaire».

Le rapport évalue l'évolution de l'offre de soins de l'hôpital, ses moyens humains, sa situation budgétaire «fragile» et plus globalement la stratégie de l'établissement. Une large part de ce document est consacrée à la «gouvernance contestée» et relate par le menu les divergences et affrontements entre syndicats et direction. Le climat social s'est encore dégradé à partir du premier semestre 2012 «sur la base de divergences traduisant des oppositions de fond», relève l'Igas, qui avance que « l'intensité des désaccords et la vivacité de leur expression sont telles que l'on peut se demander si leur explication n'est pas à rechercher dans l'existence d'une rivalité entre chaque camp pour assurer l'entièreté du pouvoir sur l'établissement».

Stratégie immobilière, situation budgétaire et mesures d'économie à hauteur de 3,3 millions d'euros ont constitué autant de points d'achoppements voire d'affrontements entre les différents acteurs, selon le rapport.

Pour corriger ces dysfonctionnements, l'Igas préconise la mise en oeuvre d'une «feuille de route» pour retrouver «un projet collectif».Six recommandations concluent le travail des inspecteurs :
– faire un avenant au projet d'établissement sur la base d'un projet médical rénové;
– rendre des marges de manœuvres budgétaires via un plan de retour à l'équilibre;
– rénover les modes de gouvernance;
– corriger les points critiques sur la gestion des ressources;
– inscrire la feuille de route dans le Contrat pluriannuels d'objectifs et de moyens avec un échénacier, un suivi et un accompagnement par l'Agence régionale de santé (ARS);
– mobiliser une mission d'appui et de conseil.

«J'espère qu'on a là la base pour tourner la page et que nous allons pouvoir nous concentrer sur la question de la prise en charge (des patients) et de la qualité des soins», a commenté le directeur de Paul-Guiraud, Henri Poinsignon.

A l'inverse, le syndicat Sud-Santé, majoritaire à Paul-Guiraud, s'est ému dans un communiqué, que soit alimenté «de manière grossière, le mythe de l'hôpital ingouvernable» et s'est inquiété des «réformes douloureuses» préconisées par l'Igas, comme la remise en cause de l'accord sur la réduction du temps de travail (RTT).

Le rapport Igas devrait être disponible prochainement sur le site de l'Igas. Une synthèse est proposée sur le site de la région Val-de-Marne : http://94.citoyens.com/2013/crise-a-paul-guiraud-ligas-remet-son-rapport-et-sollicite-lintervention-de-lars,16-12-2013.html