18 Juin 2021 - Webinaire

« Santé mentale et Covid : et maintenant, que fait-on ? »

FacebookTwitterLinkedInEmail

Les indicateurs de santé mentale des français sont mauvais, c’est un fait maintenant établi. Les signes de mal-être affectent une proportion importante de la population, sentiment d’isolement, anxiété, humeur dépressive, troubles du sommeil, irritabilité, troubles alimentaires… Et les demandes de soins ont significativement augmenté, tant en médecine générale qu’en psychiatrie, tant chez les adultes, les personnes âgées que chez les enfants, tant dans le flux quotidien qu’en urgence. Le coupable est connu, les constats sont dressés et documentés.

Mais il ne faut pas se tromper : la réalité clinique que l’on cerne ici ne correspond pas au champ de la pathologie psychiatrique  classique. Il ne s’agit pas de maladie mais de souffrance. Elle ressort de la pression de l’environnement, des circonstances, du contexte, et pas vraiment d’un dérèglement de la personne. Elle frappe  bien  sûr  les  plus  vulnérables, mais, à dire vrai, nous sommes  tous malades. Malades de ce qui se passe, de la  pandémie, de son potentiel  létal, de la crainte qu’elle  inspire, mais aussi malades des mesures de prévention prises, malades des mesures barrière, des confinements, de la perte  de  contacts  et  des  repères, malades de l’imprévisible des décisions politiques, des désillusions, de l’absence de perspectives stables autant que du virus.

Alors bien sûr il y a la réponse individuelle, l’accueil, la démarche diagnostique, la mesure  de  la  gravité, le renfort  médicamenteux  quand c’est nécessaire, la technique psychiatrique, l’écoute bien venue des psychologues… Mais l’essentiel de la ressource thérapeutique  n’est peut­ être pas là : comment soigne-t-on  une dépression collective ? Et  comment en sort-on ?

Nous avons, pour ce webinaire organisé par Rehab’ et  Santé Mentale France, choisi de nous confronter à cette question. Car s’il est désormais convenu, dans notre pays, de prendre en compte la santé mentale dans l’équation à résoudre, les hypothèses quant à l’enchainement psychodynamique des causes, et quant aux remèdes à y apporter sont plus rares. Aucune vraie démarche n’est  proposée, aucune  n’est  argumentée. On attend juste que cette épidémie s’en aille. Bien sûr,  mais  est-il raisonnable d’ambitionner en être maîtres? Sans doute à la longue, mais devons-nous attendre, dans la contemplation, que le malheur passe ?

Quelles sont nos armes ? Mais d’abord quelles sont nos hypothèses  de travail ? Un corps social peut-il être considéré comme un individu et faire l’objet d’une stratégie thérapeutique ? Si oui, quelles mesures, quelles politiques publiques seraient-elles pertinentes? Quelles inflexions dans la gouvernance de la lutte contre la  pandémie  devraient-elles  être encouragées ?

Et comment développer nos ressources collectives  pour  faire  face  ? Quelles actions de prévention pour la santé mentale pouvons-nous concevoir, préconiser, recommander ? Quelles seraient nos « cibles thérapeutiques » ? Quels moyens, quels processus seraient-ils requis pour développer cette résilience collective qui nous fait aujourd’hui défaut ?

Rens. : tél. 01 45 96 06 36, contact@santementalefrance.fr, https://santementalefrance.fr/actualite/le-18-juin-2021-webinaire-organise-par-smf-et-rehb/