Handicap psychique et PCH : travaux menés dans les Ardennes, la Gironde et les Vosges

FacebookTwitterLinkedInEmail

Lancement par la Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, des travaux sur 3 territoires précurseurs pour faciliter l’accès aux droits et le soutien à l’autonomie pour les personnes en situation de handicap psychique, mental, cognitif ou avec un trouble du neuro-développement dans le cadre de l’adaptation de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).           

Rappelons que le Dr Denis Leguay, président de Santé mentale France, a mené pendant plusieurs mois avec les associations représentatives du secteur du handicap psychique, mental, cognitif, une mission « réformatrice » visant à adapter la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), et spécialement son élément « Aides Humaines », aux personnes souffrant de ces troubles. Le rapport qui en a résulté a été rendu le 28 juillet dernier à la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, qui annonçait alors des « expérimentations » locales.

Honorant ces annonces, Sophie Cluzel, en déplacement à Bordeaux, a lancé le 4 octobre, avec les Conseils départementaux, (chef de file des politiques sociales et financeurs de la PCH), des travaux en ce sens sur 3 territoires précurseurs : les Ardennes, la Gironde et les Vosges. Ils permettront, en effet, de mieux évaluer les besoins des personnes, d’améliorer la compensation de ces handicaps et de tester en conditions réelles les critères proposés par les associations. Il s’agit d’ici février 2022 de construire collectivement les solutions concrètes pour permettre l’accès à l’aide humaine pour les personnes qui en ont le plus besoin.

Selon les termes même du communiqué de presse du Secrétariat d’état chargé des personnes handicapées en date du 5 octobre, pour Sophie Cluzel, « les travaux menés sur ces 3 territoires vont nous permettre, en responsabilité partagée et dans une approche co-construite avec les départements, de répondre aux aspirations et aux besoins des personnes afin de leur garantir un soutien à leur autonomie et à leur participation à la vie sociale. Il nous fallait répondre ainsi aux attentes légitimes exprimées par les associations et les personnes pour faire cesser une discrimination dans l’accès aux droits. »

Aux termes de ces travaux, les textes réglementaires seront adaptés pour prendre en compte les modifications indispensables à un meilleur accès aux droits et la réforme de l’évaluation sera généralisée sur l’ensemble du territoire.