29/10/2021

Electroconvulsivothérapie : entre intensité et tension émotionnelle

FacebookTwitterLinkedInEmail

Durant un stage en psychiatrie, Stéphanie Jouin Beaucourt, étudiante en soins infirmiers à Rennes, accompagne Mme G., la quarantaine, à une séance d’électroconvulsivothérapie (ECT). L’occasion de mieux comprendre un soin qui l’impressionne, mais aussi de réfléchir à ses propres émotions et sa posture professionnelle.

Au cours de ma troisième semaine de stage S4 en unité d’admissions psychiatriques, j’ai saisi l’opportunité d’accompagner à sa quatorzième séance d’électroconvulsivothérapie (ECT) l’une des patientes dont je m’occupais. J’avais pris soin, au préalable, d’obtenir son consentement. Il s’agissait pour moi, outre le fait d’accompagner au mieux la patiente, de faire “tomber” cette représentation que j’avais sur les ECT à savoir une pratique assez « archaïque et barbare » qui avait toujours cours en 2021 et dont on ne parlait que très peu…