Pénurie de soignants : les solutions de la Fédération de l’Hospitalisation Privée

FacebookTwitterLinkedInEmail

Lors des Rencontres de la Fédération de l’Hospitalisation Privée, les 21 et 22 septembre à Marseille, Lamine Gharbi, président de la FHP, a évoqué la pénurie de personnel soignant qui concerne aussi bien les établissements publics que privés avec 100 000 postes vacants au total.

Pour la FHP, l’effort indispensable de revalorisation salariale doit être complété par d’autres mesures fortes en matière de formation et d’apprentissage :
• la libération des quotas de formation infirmier et aide-soignant ;
• la simplification des modalités réglementaires d’ouverture des instituts de formation (IFSI et IFAS) ;
• un accès massif de ces métiers à l’apprentissage ;
• une augmentation du nombre de jurys de VAE.

« La FHP, avec d’autres fédérations sanitaires et médico-sociale, est prête à prendre des engagements dans le cadre d’un accord avec le Gouvernement levant à la fois les freins réglementaires et financiers à la formation des soignants » a dit Lamine Gharbi. Ces engagements sont les suivants :
• promouvoir les soignants en 2021 et 2022 dans le cadre du Plan de relance en mobilisant le dispositif pro-A ;
• augmenter significativement le nombre d’embauches d’apprentis sur les deux années 2021 et 2022 dans le cadre du Plan « 1 jeune, 1 solution » puis au-delà ;
• accueillir en stages un nombre significatif d’élèves infirmiers et aides-soignants en plus des effectifs actuels ;
• embaucher en CDI les personnels formés en plus dans le cadre de ce protocole.