Mobilisation des psychologues « exceptionnelle » mais des « revendications délibérément ignorées »

FacebookTwitterLinkedInEmail

L’appel à mobilisation nationale le 10 juin 2021 avait été lancé par quatre organisations : l’union fédérale des médecins, ingénieurs, cadres, techniciens (Ufmict)-CGT, la Fédération française des psychologues et de psychologie (FFPP), le Séminaire inter-universitaire d’enseignement et de recherche en psychopathologie et psychanalyse (Siueerpp) et le Syndicat national des psychologues (SNP). Selon le communiqué de ce dernier, « Une mobilisation exceptionnelle avec 40 rassemblements pour l’ensemble de la profession, sur le territoire national et dans les DOM-TOM, réunissant environ 1500 psychologues à Paris,1000 à Lyon, 500 à Toulouse, Bordeaux, Marseille, Rennes…« 

Une délégation des quatre organisations a été reçue par les conseillers Bénédicte Roquette du cabinet d’Olivier Véran et Philippe Romac du cabinet d’Adrien Taquet. L’entrevue a duré une heure durant laquelle ont pu être réaffirmé, selon le SNP, les revendications portées depuis maintenant 4 ans :
• l’accès direct aux psychologues sans prescription médicale ;
• une prise en charge par l’Assurance Maladie à des tarifs décents ;
• la reconnaissance de la haute qualification des psychologues ;
• notre appartenance aux sciences humaines et notre refus de l’ asservissement au tout médical ;
• la création massive de postes de psychologues (ETP) dans les services publics et le médico-social ;
• le respect de la diversité des approches.

« Nous avons dénoncé l’empilement sans cohérence de dispositifs sectoriels, inadaptés aux besoins de la population et aux pratiques des psychologues : chèque étudiants, remboursement enfants-ados, expérimentation Cnam, Ecout’Émoi, Psycog… » Réponse des ministres : « des mesures transitoires prises dans l’urgence« . D’autres sujets d’importance ont été mis sur la table : l’importance de construire un nouveau modèle concernant l’activité libérale des psychologues et la nécessité de faire aboutir le texte législatif sur la structuration des psychologues à l’hôpital, abandonné en mars 2017. Selon le SNP, concernant la rémunération des psychologues des trois fonctions publiques, « notre demande de discussion a été rejetée« .

A l’issue de l’entrevue, les conseillers du Ministère « se sont engagés à reprendre rapidement les travaux avec nos quatre organisations. La mobilisation doit donc se poursuivre pour que les engagements soient tenus« .

A noter : dans un nouveau communiqué publié le 23 juin, à l’issue d’une intervention d’O. Véran répondant à la question d’une parlementaire, le SNP s’inquiète de « revendications délibérément ignorées », tandis que le ministre renvoie les discussions aux prochaines Assises de la santé mentale et de la psychiatrie…

Crédit image twitter SNP