Deux récits à deux voix sur la détresse des adolescents

FacebookTwitterLinkedInEmail

Psychiatre et pédopsychiatre, ils ont souhaité revisiter la relation avec les adolescents en se glissant littéralement dans la peau d’un jeune qui fugue, se scarifie… et en endossant le rôle d’un jeune thérapeute en prise avec un autre adolescent cette fois hospitalisé. Ils proposent donc aux lecteurs leur ouvrage intitulé « J’aurai ma peau »…

Voici comment ils argumentent leur projet. « Le procédé narratif que nous avons choisi nous permet la meilleure identification possible aux processus complexes de l’adolescence et aussi la construction d’une matière plus simple à transmettre aux adolescents eux-mêmes, à leurs parents, aux professionnels de santé et du social et à tous ceux qui s’intéressent à cette étape primordiale dans la construction d’un individu. cela nous empêche de tricher, de nous cacher derrière des concepts, non dénigrés d’ailleurs. C’est donc avec nos tripes et notre envie commune que nous avons accompli ce travail d’écriture. Etant tout deux en proie aux situations d’errance, le livre créé ainsi autour de nous un saisissement sur l’importance de respecter et d’accueillir ces jeunes en détresse. »

Monique et Jessie, deux récits, deux voix, deux écrits pour dire combien l’autre n’existe pas seul. Deux adolescents, deux psychiatres, une même peau.

• « J‘aurai ma peau », Antoine Courtecuisse, Antoine Devos, La Baraque d’Edition, mars 2021, 12,50 euros.