Médiation équine : lancement de l’étude Pegase

FacebookTwitterLinkedInEmail

Au CH de Dreux, un essai contrôlé randomisé va évaluer l’efficacité d’une intervention brève de médiation animale. Premiers résultats encourageants.

La littérature internationale récente (1, 2) montre que les médiations animales améliorent le fonctionnement psychosocial des patients. En France, nous disposons de peu de données scientifiques sur l’intérêt de la médiation équine, pourtant de plus en plus utilisée dans les soins. Dans ce contexte, le pôle de santé mentale de l’hôpital de Dreux, en collaboration avec l’unité de recherche clinique, a initié l’étude Pegase (3), un essai contrôlé randomisé qui a pour objectif d’évaluer l’efficacité d’un programme bref de médiation équine sur l’adaptation sociale, l’affirmation de soi, l’estime de soi et les stratégies d’adaptation au stress de patients adultes présentant un dysfonctionnement psychosocial, hospitalisés et suivis en psychiatrie.

L’étude a débuté en janvier 2021 pour une durée de 2 ans, avec l’objectif d’inclure 96 patients adultes (18-65 ans) ayant un score de l’échelle d’évaluation globale du fonctionnement psychosocial entre 31 et 60. Les patients sont aléatoirement répartis dans le groupe contrôle (prise en charge habituelle) ou dans le groupe intervention (médiation équine en plus). La médiation est réalisée, à pied, à côté du cheval (les chevaux ne sont pas montés), en 3 séances de 3 heures chacune, réparties sur 4 semaines. Le premier contact a lieu dans le box, puis l’activité s’effectue dans un manège, avec des exercices en liberté ou en longe (faire avancer ou reculer le cheval, exécuter un slalom…). Les participants caressent ou touchent le cheval selon leurs envies. Le programme de médiation propose des exercices individuels ou en groupe de 6 à 7 patients. Il se base sur la connaissance de soi, les modes de communication, l’assertivité et l’adaptabilité du sujet. Puis, les évaluations sont à nouveau réalisées 2 mois et 6 mois après l’inclusion.

Les premiers résultats sont encourageants et mettent en évidence une adhésion remarquable des patients à la médiation équine. L’impact sur le fonctionnement psychosocial est en cours d’évaluation.

1– Maber-Aleksandrowicz S, Avent C, Hassiotis A. A Systematic Review of Animal-Assisted Therapy on Psychosocial Outcomes in People with Intellectual Disability. Res Dev Disabil. 2016 Feb-Mar ; 49-50:322-38. 2– Lundqvist M, Carlsson P, Sjödahl R, Theodorsson E, Levin L. Patient benefit of dog-assisted interventions in health care : a systematic review. BMC Complement Altern Med. 2017 Jul 10;17(1):358. 3– Cofinancé par l’Institut français du cheval et de l’équitation et réalisé en partenariat avec les Écuries du sagittaire (Bretoncelles, 61).

Contact : Laura Desmet, Unité de recherche clinique URC28, urc@ch-dreux.fr