Agnès Baillon, 2

FacebookTwitterLinkedInEmail

Originaire des environs de Montpellier, Agnès Baillon a grandi dans un milieu artistique : « J’ai toujours créé ». Peintre puis sculpteuse, elle expose en France et à l’étranger ses statues en résine, bronze ou papier mâché, souvent peintes en blanc. De différentes tailles, en groupe ou seuls, ses personnages interpellent le spectateur de leur regard lisse, muet, où se projettent de nombreux ressentis. « L’émotion est au cœur de mon travail, confie l’artiste. Mais ce qu’y voient les personnes est finalement révélateur d’eux-mêmes. C’est un peu comme si mes sculptures leur tendaient un miroir. »

L’exécution délicate et le modelage d’une grande finesse traduisent les jeux subtils de la physionomie humaine. Les postures, fluides et souples, participent à l’émotion qui se dégage de ces personnages qui dansent, portent des valises, se préparent à nager, scrutent l’horizon… Leurs visages, discrètement peints, une touche de couleur sur les lèvres, les yeux, paraissent fragiles, innocents.

Que peut faire l’artiste en temps de pandémie ?… Comment s’adapter ? Intitulée In the box, une nouvelle série est apparue, soulignant les effets de la contrainte sur les corps et les esprits. Recroquevillés dans leur cachette, à quoi pensent les individus ? Certains semblent buter sur les parois, d’autres occupent l’espace plus sereinement. « Je veux croire que l’humain porte en lui la faculté de renaître de ses cendres, explique Agnès Baillon. J’éprouve aussi en inventant ces corps qui ont leur propre existence, comme un apaisement. À travers la sculpture, je suggère ce qui parfois n’a pas besoin d’être dit, formulé ou revendiqué, j’essaie de rappeler l’essentiel et la beauté de la nature humaine sans pour autant la mythifier. »

• En savoir plus : https://agnesbaillon.com/

• La série In the box est à voir jusqu’au 21 mai à la galerie Felli à Paris. Voir horaires et conditions sur https://galeriefelli.com/

Agnès Baillon a contribué à deux numéros de Santé mentale : 256, L’adaptation en question(s), avril 2020 – 177, Le vécu émotionnel, avril 2013.