N° 230 - Septembre 2018

Oser la relation pour moins de violence

Auteur(s) : Michel COMBRET, Cadre supérieur de santé, formateurNbre de pages : 5
FacebookTwitterLinkedInEmail

Faute d’une approche relationnelle authentique, les soignants sont confrontés à des passages à l’acte des patients qui déclenchent mise en chambre d’isolement et contention. Différents leviers permettent pourtant d’investir cette approche.

Depuis plusieurs années, nous constatons une augmentation significative de la violence dans les services de psychiatrie et un accroissement considérable des mesures de restriction des libertés censées répondre à ce phénomène. Parallèlement, les soins relationnels ne semblent plus être une priorité dans notre discipline, ils sont parfois relégués à l’accessoire. Cet article propose une analyse de la seconde évolution, notamment en termes de perte de connaissances fondamentales, et fait l’hypothèse que les deux sont intimement liées. Le désinvestissement de la relation favorise nécessairement les passages à l’acte agressifs, l’impossible verbalisation des maux, conditionnée à une véritable rencontre, condamne à l’agir. Des solutions existent pour endiguer ces dérives mais elles demandent un réel investissement individuel et collectif.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro