N° 249 - Juin 2020

« Oui, un psychanalyste, ça peut pleurer ! »

Auteur(s) : Marguerite CHARAZAC-BRUNELNbre de pages : 5

Pendant longtemps, la psychanalyse a interdit tout dévoilement de soi du clinicien. Pourtant, la neutralité n’existe pas ! Ce dévoilement peut la plupart du temps instaurer une alliance thérapeutique qui vient faire contrepoids à une instrumentalisation des pratiques de soin.

Lire la suite

5,00 €
N° 249 - Juin 2020

Le dévoilement de soi au risque du transfert

Auteur(s) : Simone MOLINA, poète et psychanalysteNbre de pages : 5

Que révèle de la relation de soin l’émergence du concept de
dévoilement de soi ? Dans des institutions où les lieux collectifs
d’analyse du transfert disparaissent, la responsabilité personnelle
du soignant s’intensifie. Isolé, il peut surinvestir le lien au patient.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

Le sens du cri du sujet dément en Ehpad

Auteur(s) : Pierre CHARAZAC, Psychiatre, psychanalysteNbre de pages : 4

Si le cri du résident atteint de démence en institution peut d’abord être compris comme un appel, il ne faut dénier ni son contenu hostile ni les sentiments agressifs qu’il éveille chez les soignants.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

Alzheimer, pour une communication en appui sur les symptômes

Auteur(s) : Jean-Claude MONFORT, Neurologue, psychiatre, gériatreNbre de pages : 8

La maladie d’Alzheimer gagnerait à occuper la place où elle aurait dû rester, celle d’un «syndrome d’Alzheimer». Comme pour la plupart des maladies, ce syndrome va alors progressivement ouvrir l’espace, pour les soignants et les proches, à une diversité de communications possibles malgré les baisses cognitives.

Lire la suite

5,00 €
N° 245 - Février 2020

Des directives pour anticiper la crise en psychiatrie

Auteur(s) : Aurélie TINLAND, Psychiatre, Frédéric MOUGEOT, Sociologue, Elsa MAÎTRE, PsychiatreNbre de pages : 6

Les directives anticipées psychiatriques constituent une piste prometteuse pour engager une relation partenariale dans les soins, en urgence comme en soins courants. À qui s’adressent-elles ? Que contiennent-elles ? Quels sont leurs effets ? Repères théoriques.

Lire la suite

5,00 €
N° 245 - Février 2020

Directives anticipées en psy : ce que dit le droit

Auteur(s) : Stéphanie RENARD, Maître de conférencesNbre de pages : 5

Instrument juridique non contraignant, les directives anticipées en psychiatrie ont une portée indicative pour le médecin, qui doit en prendre connaissance mais reste néanmoins libre d’apprécier les orientations définies.

Lire la suite

5,00 €
N° 245 - Février 2020

Faire vivre le Plan de crise conjoint

Auteur(s) : Pascale FERRARI, Anouchka ROMAN, Mathilde CHINET, Caroline SUTER, Stéphane MORANDINbre de pages : 6

Le Plan de crise conjoint, qui permet au patient de définir avec un soignant ses préférences de soins, est à considérer comme une forme de processus de décision partagée innovante entre patients et professionnels, soutenant activement le rétablissement.

Lire la suite

5,00 €
N° 244 - Janvier 2020

Du cadre de soin au projet de rétablissement

Auteur(s) : Laurent DEFROMONT, Mélanie CLÉMENT, Eudes CUVELIER, Psychiatre, Médiatrice de santé pair, Porte-parole des usagersNbre de pages : 6

C’est au cadre de soin de s’adapter à l’individu et non l’inverse. Mais au-delà des grands principes, transformer les pratiques et les attitudes professionnelles, et intégrer les usagers aux décisions ne va pas de soi. Expérience du pôle de psychiatrie lillois.

Lire la suite

5,00 €
N° 244 - Janvier 2020

Le cadre thérapeutique, une peau pour le soin

Auteur(s) : Florent POUPART, Psychologue clinicienNbre de pages : 6

Quelle attitude adopter lorsqu’un patient transgresse une règle ? Le laisser faire ? Le sanctionner ? Le recadrer ? En considérant le cadre comme une peau, souple et contenante, le soignant peut s’appuyer sur sa
capacité à se déformer sans jamais perdre sa fonction de limite.

Lire la suite

5,00 €
N° 244 - Janvier 2020

Une fenêtre dans le cadre

Auteur(s) : Christophe MALINOWSKI, InfirmierNbre de pages : 6

À 11 heures du matin, Monsieur Z., qui ne s’est pas levé pour le petit-déjeuner, réclame son café à l’infirmier, ce qui va à l’encontre du règlement de l’unité. Une histoire clinique qui permet d’interroger le cadre et de montrer comment l’adapter.

Lire la suite

5,00 €