Pack ALZHEIMER

FacebookTwitterLinkedInEmail

4 numéros consacrés à la maladie d’Alzheimer pour 45 euros au lieu de 52 €

N° 67
Alzheimer : la vie sans soi...

N° 137
Alzheimer et troubles cognitifs

N° 152
Face au comportement du sujet dément

N° 246
Alzheimer:comment communiquer ?

N° 246 - Mars 2020

Alzheimer:comment communiquer ?

Même lorsque le patient atteint de maladie d'Alzheimer est muet, passif, lorsqu’il présente des troubles du comportement, les soignants et l’entourage doivent maintenir une forme d’échange. Après avoir évalué les capacités de communication préservées, différentes approches peuvent être proposées pour revaloriser le malade, maintenir son identité, retarder l’évolution de la maladie, lui permettre d’exprimer ses émotions mais aussi soulager la culpabilité des proches.

Consulter le sommaire

N° 152 - Novembre 2010

Face au comportement du sujet dément

Les troubles du comportement de la personne démente soumettent leur entourage à rude épreuve. Comment penser et soigner ces troubles qui nous dérangent sans objectiver ? Comment entendre ces plaintes qui faute d’écoute s’expriment par des actes ?

Consulter le sommaire

N° 137 - Avril 2009

Alzheimer et troubles cognitifs

Le soin à la personne atteinte d’une maladie d’Alzheimer suppose une approche plurielle qui prenne autant en compte les troubles cognitifs que psychiatriques. Quels sont donc ces troubles cognitifs ? Comment les penser et les prendre en charge ?

Consulter le sommaire

N° 67 - Avril 2002

Alzheimer : la vie sans soi...

Alors que le coût psychique, financier et social de la maladie d'Alzheimer ne cesse de croître, les avancées de la recherche et de la thérapeutique laissent espérer de nouvelles perspectives. Mais cela ne saurait suffire. La place des soins et de l'accompagnement demeure primordiale dans l'approche globale des patients déments. Maintenir la relation à tout prix semble être le défi majeur auquel sont confrontés soignants et aidants. Regarder, écouter, toucher, décoder le sens des mots, des gestes et du comportement permet de reconnaître et de penser la personne autrement que comme démente, objet de soin. Quand le "moi du sujet fout le camp", quand sa vie "part en lambeaux", reste à inventer avec lui un présent inscrit dans un temps infini ou le déroulement des jours n'a plus d'importance.

Consulter le sommaire