N° 263 - Décembre 2021

De la parentalité fragilisée…

Auteur(s) : Gérard NEYRAND, SociologueNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

La société actuelle attend des parents un niveau maximal d’investissement éducatif, alors qu’ils sont parfois loin de posséder les ressources symboliques, temporelles et économiques pour y répondre. Beaucoup s’épuisent à satisfaire un cahier des charges impossible à assumer.

Dès 1998, Alain Ehrenberg, dans La fatigue d’être soi, problématise les rapports entre la montée de la dépression et l’époque contemporaine : la société advenue depuis les années 1980, que l’on peut qualifier d’hypermoderne (parce qu’exacerbant la logique de la modernité ) et de néolibérale, (parce qu’appliquant la logique du néolibéralisme économique à l’ensemble de la gestion sociale), fonctionne sur un principe de responsabilisation par intériorisation des normes sociales. Ceci confère aux individus une importance décisive dans la définition de leur place sociale et de leur identité personnelle. Mais cette injonction à la responsabilité se révèle de plus en plus difficilement supportable pour beaucoup de personnes, ainsi sommées de s’autodéterminer.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro