SISM 2021 : « Pour ma santé mentale : respectons mes droits »

FacebookTwitterLinkedInEmail

La 32e édition des Semaines d’Information sur la Santé mentale (SISM) auront lieu du 4 au 17 octobre 2021, en lien avec la Journée mondiale de la Santé mentale le 10 octobre, autour de la thématique suivante : « Santé mentale et respect des droits ». A cette occasion, le Collectif national des SISM* attire l’attention sur les questions suivantes : « Comment le non-respect des droits affecte-t-il la santé mentale des individus ? Avec quelles conséquences, à chaque âge de la vie ? Qu’en est-il des discriminations ? »

Les mesures prises pour faire face à l’épidémie de Covid-19 que nous vivons ont un impact sur nos droits, nos libertés et nos relations sociales. Dans ce contexte inhabituel, notre santé mentale est bouleversée. Dans notre société, chaque personne a accès aux mêmes droits universels et les institutions doivent en garantir le respect. La citoyenneté relève donc à la fois d’une responsabilité individuelle et collective.

« En tant que citoyenne ou citoyen, j’ai le droit à la santé, à la sécurité et au respect de mes libertés individuelles ».

L’État met en œuvre les moyens pour permettre à chacun de vivre dignement et pour garantir le respect de ses droits au quotidien. Lorsque ces droits sont bafoués, lorsque il subit des discriminations, sa citoyenneté est niée et sa santé mentale peut être perturbée.

Le collectif national des SISM rappelle donc que « si je vis avec des troubles psychiques, le non-respect de mes droits comme la liberté d’aller et venir, la dignité, l’accès aux soins, au logement, au travail… peut aggraver mes problèmes de santé mentale. Les personnes concernées par les troubles psychiques sont souvent confrontées à la stigmatisation, ce qui accroît les risques de violation de leurs droits, notamment par des actes de discrimination. »

« Lutter contre les discriminations et garantir le respect des droits, c’est reconnaître et promouvoir la pleine citoyenneté de chaque personne, quel que soit son âge, son état de santé ou son handicap ».

Les cinq objectifs des SISM*
1. Sensibiliser le public aux questions de Santé mentale. 
2. Informer, à partir du thème annuel, sur les différentes approches de la Santé mentale. 
3. Rassembler par cet effort de communication, acteurs et spectateurs des manifestations, professionnels et usagers de la santé mentale. 
4. Aider au développement des réseaux de solidarité, de réflexion et de soin en santé mentale. 
5. Faire connaître les lieux, les moyens et les personnes pouvant apporter un soutien ou une information de proximité. 
*Sous le patronage du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran

« A partir de 2021, les SISM sont organisées au même moment que la Journée mondiale de la santé mentale, qui a lieu tous les ans le 10 octobre« 

Ces questions pourront être abordées lors des actions organisées pendant les SISM 2021 :

• Comment le non-respect des droits affecte-t-il la santé mentale des individus ? Avec quelles conséquences, à chaque âge de la vie ? Qu’en est-il des discriminations ?
Information et promotion des droits
• Comment promouvoir et garantir les droits tout au long de la vie, y compris lors de crises sanitaires ? Comment et pourquoi l’information sur les droits peut avoir des effets bénéfiques pour tous ? Comment renforcer les compétences des personnes à s’approprier leur citoyenneté ?
• A qui s’adresser lorsqu’on a des questions concernant les droits, les discriminations, les lois et leur application ?
Actions
• Quelles actions pédagogiques peuvent être mises en place pour faciliter l’accès aux droits ? Quels exemples d’interventions prometteuses en prévention des discriminations ?
• Quel est le rôle des institutions et des élu.e.s dans ces actions ? Comment les sensibiliser et les impliquer davantage ?
• Comment accompagner les personnes victimes du non-respect de leurs droits et des discriminations ? Quels sont les recours et les ressources disponibles ? Quels organismes solliciter ? Quelles réponses attendre ?
Entourage
• Comment l’entourage peut-il accompagner un proche usager dans le respect de ses droits ? •Comment respecter les droits des aidants (notamment les jeunes) pour mieux prendre soin de leur santé mentale ?
• Comment faire respecter le droit à la parentalité des usagers des services de santé mentale ? Comment garantir le respect des droits de leurs enfants ?
Covid-19
•Pourquoi est-il difficile de considérer la santé mentale comme un droit, en particulier en période épidémique ?
• Comment ne pas opposer santé mentale et santé physique ? Comment ne pas sacrifier sa santé mentale au profit de sa santé physique ?

10 octobre 2021 : Journée mondiale de la santé mentale 
"Faisons des soins de santé mentale pour tous une réalité"
La Journée mondiale de la santé mentale, célébrée chaque 10 octobre par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est l’occasion de sensibiliser l’opinion publiques aux questions de santé mentale et de mobiliser les énergies en faveur de la santé mentale. En effet, sans santé mentale et sans bien-être, il n'y a pas de vraie santé. La pandémie de COVID-19 a eu un fort impact sur la santé mentale. Certaines catégories de la population, y compris les soignants et les autres intervenants en première ligne, les étudiants, les personnes seules et celles déjà atteintes de maladies mentales, ont été particulièrement touchées. Et les services de prise en charge des troubles mentaux, neurologiques et liés à l’usage de substances psychoactives ont été considérablement perturbés. Pourtant, il y a lieu d’être optimiste. Lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2021, les gouvernements du monde entier ont reconnu qu’il fallait renforcer les services de santé mentale de qualité à tous les niveaux. Et certains pays ont trouvé de nouveaux moyens de prodiguer des soins de santé mentale à leurs populations. Au cours de la campagne de la Journée mondiale de la santé mentale de cette année, l'OMS présentera les efforts déployés dans certains de ces pays et nous vous encouragerons à mettre en avant, dans le cadre de vos activités, des témoignages positifs susceptibles d’inspirer d’autres personnes.

*Collectif national des SISM
Association des établissements gérant des secteurs de santé mentale (ADESM) • Advocacy France • Association française de psychiatrie (AFP) • Association des Maires de France (AMF) • Association nationale des psychiatres Présidents ou Vice-présidents des commissions médicales d’établissement des centres hospitaliers (ANPCME-CME) • Association nationale des Maisons des adolescents (ANMDA) • Réseau documentaire en santé mentale (ASCODOCPSY) • Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS) / EPSM Lille-Métropole • Centre national audiovisuel en santé mentale (CNASM) • Ecole des parents et des Educateurs d’Ile-de-France (EPE) • Elus, santé publique et territoires (ESPT) • Fédération française de psychiatrie (FFP) • Fédération nationale des associations liées aux troubles des conduites alimentaires (FNA-TCA) • Fédération des acteurs de la solidarité • Fédération nationale des associations d’usagers de la psychiatrie (FNAPSY) • Mutualité Française d’Ile-de-France • Mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN) • Psycom • Santé Mentale France • Société française de santé publique (SFSP) • Société médicale Balint • Union nationale des associations familiales (UNAF) • Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (UNAFAM).