N° 259 - Juin 2021

« L’hôpital de jour, ma béquille »

Auteur(s) : Camille LECAME, psychiatre addictologueNbre de pages : 5
FacebookTwitterLinkedInEmail

Après un sevrage, l’hôpital de jour d’addictologie propose un accompagnement intensif de consolidation de l’abstinence, basé sur des activités thérapeutiques. Illustration avec le parcours de Bertrand, 45 ans, alcoolodépendant, qui veut « retrouver l’équilibre ».

L’hôpital de jour d’addictologie (HDJA) du CHU de Rouen a ouvert ses portes en novembre 2010, en concertation avec les tutelles et grâce à des accords locaux. D’une capacité de dix places par jour et avec une organisation par demi-journée, son activité est essentiellement basée sur des groupes thérapeutiques. 

Souffrant d’alcoolodépendance, la majorité des patients viennent d’effectuer un sevrage en unité d’hospitalisation complète et leur état clinique nécessite un accompagnement plus intensif que les seules consultations addictologiques externes. Encore vulnérables, ils souhaitent consolider leur abstinence en participant à des activités thérapeutiques collectives, à un rythme parfois soutenu (jusqu’à trois séances par semaine) mais sur une durée limitée, tout en restant dans leur milieu de vie habituel. 

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro