N° 259 - Juin 2021

Le craving, prédicteur de la rechute

Auteur(s) : J.-M. ALEXANDRE, L. FOURNET, S. MORICEAU et K. HYVES, attaché(e)s de recherche, F. SERRE, ingénieure de recherche, J. DUBERNET, généraliste addictoogue, S. SARRAM, psychiatre addictologue, C. BAZZANI, infirmier, L. LAMBERT, et E. BAILLET, doctorantes, et M. AURIACOMBE, directeur adjoint du laboratoire SanpsyNbre de pages : 8
FacebookTwitterLinkedInEmail

La recherche montre que le craving est un marqueur spécifique et le facteur prédictif principal de la rechute. Il faut alors explorer avec le patient les stimuli associés à ce désir irrépressible de consommer.

Ses courses terminées, Xavier se rapproche des caisses de la supérette et s’engage dans la file d’attente. Il a consciencieusement évité le rayon de vente d’alcool, néanmoins, il ne peut pas éviter de faire face aux bouteilles alignées derrière le caissier. Malgré lui, sa respiration et son pouls s’accélérèrent, ses mains deviennent moites. Au-delà de ces symptômes physiques, une envie perturbante de consommer de l’alcool commence à l’envahir. 

Depuis qu’il a débuté un suivi pour son addiction à l’alcool, Xavier a pu mettre un nom sur cette sensation qui s’impose à lui : le craving (désir irrépressible de boire). Cette situation d’exposition, pendant ses courses, lui est familière, aussi a-t-il anticipé sa survenue. Il estime mentalement son intensité à six sur dix. Ce réflexe d’autoévaluation lui vient de ses entretiens hebdomadaires avec son thérapeute addictologue.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro