Quel suivi pour les patients Covid+ en ambulatoire ?

FacebookTwitterLinkedInEmail

Même lorsque les symptômes sont légers au début, la Covid-19 peut entrainer une détérioration rapide de l’état de santé dans les 6 à 12 jours après son apparition. Afin de la prévenir et d’éviter des hospitalisations en urgence, la HAS publie aujourd’hui des Réponses rapides décrivant les premiers signes évocateurs d’une forme grave sur le plan respiratoire à surveiller ainsi que le suivi à apporter aux patients, même asymptomatiques. La HAS recommande ainsi une information de toute personne diagnostiquée positive à la Covid-19 sur les signes devant alerter, une consultation systématique d’un médecin généraliste et si besoin une prescription d’un oxymètre de pouls.

L’âge est le principal facteur de risque de développer des formes graves de la Covid-19. Mais des patients, même jeunes, même initialement asymptomatiques ou avec des symptômes légers, arrivent parfois aux urgences ou en réanimation, en raison d’une dégradation brutale de leur état de santé. La HAS publie aujourd’hui des Réponses rapides à destination des professionnels prenant en charge les patients qui présentent un résultat positif à la Covid-19 : médecins, pharmaciens d’officine, biologistes médicaux, etc. L’objectif est de leur donner les outils et les connaissances nécessaires pour prévenir la survenue brutale d’une détresse respiratoire et éviter une hospitalisation en urgence. Cette fiche est complémentaire de la fiche Réponses rapides dans le cadre de la Covid-19 : Prise en charge de premier recours des patients suspectés de Covid-19.

Sensibiliser les patients aux signes d’une dégradation possible de leur état

Au centre de la prise en charge, l’information du patient sur la conduite à tenir en cas d’infection par la Covid-19 est indispensable. Elle doit porter en particulier sur les mesures d’isolement à respecter, sur les signes d’aggravation de l’état de santé qui sont à surveiller et sur l’importance de consulter un médecin. Le patient doit être prévenu que, même s’il a peu de symptômes, son état peut s’aggraver, en particulier entre le 6e et le 12e jour suivant l’apparition des symptômes, et qu’il doit contacter le SAMU s’il a une douleur thoracique, les lèvres bleues ou encore une perte de connaissance. Cette information doit être délivrée par le professionnel qui rend le résultat positif, quel que soit le lieu de prélèvement et la nature du test utilisé.
Pour rappel, les autotests, disponibles depuis le 12 avril en pharmacie, sont des tests de dépistage et non de diagnostic. Si le résultat est positif, il doit être confirmé par un test PCR, et à cette occasion, le patient devra recevoir l’information sur les signes d’une possible dégradation de son état de santé à surveiller.

La HAS recommande que tout patient positif à la Covid-19 soit redirigé vers un médecin généraliste afin d’effectuer une consultation en présentiel ou, à défaut, via une téléconsultation. Cette consultation est l’occasion de faire le bilan sur l’état de santé du patient, de repérer d’éventuels facteurs de risque de faire une forme sévère de la maladie, d’initier la prise en charge et de mettre en place une surveillance adaptée à son profil.

L’évaluation initiale du patient comprend une mesure de la saturation pulsée en oxygène au doigt (dit “SpO2”) au repos. Si celle-ci est normale (c’est-à-dire supérieure à 96%), la mesure est également effectuée à l’effort, après 40 pas dans la pièce par exemple.

En cas de facteurs de risques de forme grave : prescription d’un oxymètre de pouls à domicile

Un patient sans facteur de risque et sans symptômes respiratoires bien informé des signes devant l’amener à contacter le SAMU ne nécessite pas de surveillance renforcée à l’issue de cette consultation. En revanche, un patient présentant des facteurs de risques de forme grave de Covid-19 nécessite un suivi régulier, en particulier entre J6 et J12, afin de prévenir les complications et surveiller l’évolution de son état général. Afin de réaliser cette surveillance, un oxymètre de pouls pourra être prescrit aux patients de plus de 65 ans, ou ayant d’autres facteurs de risque de forme grave de la Covid-19 ou ayant des signes respiratoires.
La HAS décrit les caractéristiques de l’oxymètre de pouls à utiliser (marquage CE) et les conditions d’utilisation de ce dispositif médical. La mesure de la SpO2 est ainsi réalisée au moins 3 fois par 24 heures par le patient ou par un infirmier et quelques bonnes pratiques doivent être respectées : repos 5 min avant la mesure, être en position verticale, enlever le vernis à ongle, etc.
Une saturation en oxygène inférieure à 95%, un essoufflement, des sueurs ou encore un malaise sont des critères devant déclencher un appel au SAMU – Centre 15 par le patient, son entourage ou le professionnel de santé.

Communiqué de presse, HAS, 13 avril 2021