Prévalence et impact du suicide de patients chez les psychiatres

FacebookTwitterLinkedInEmail

L’exposition aux suicides de patients est une expérience fréquente et difficile pour les professionnels de la santé mentale, marquée par un potentiel impact traumatique, émotionnel et professionnel qui peut placer les professionnels exposés en grande vulnérabilité. Pour autant, aucune étude n’a jusqu’alors évalué la prévalence et l’impact du suicide d’un patient chez les psychiatres français. Un travail réalisé en France par une équipe de recherche plurielle vient de rendre ses conclusions sur le sujet.

Un total de 764 psychiatres a entièrement rempli le questionnaire proposé. Parmi les psychiatres, 87,3 % d’entre eux avaient été exposés au suicide d’un patient au cours de leur carrière et 13,7 % rapportaient des symptômes de stress post-traumatique dans les suites de l’exposition. La culpabilité, la tristesse et le sentiment de choc étaient les émotions les plus fréquemment rapportées. Sur le plan professionnel, 15,1 % des psychiatres exposés au suicide d’un patient ont envisagé de changer de carrière. Les suicides de patients les plus impactants sur le plan émotionnel étaient ceux survenant pendant l’internat ou pendant les dix premières années d’exercice. Parmi les participants, 37,1 % n’avaient reçu aucun soutien après l’exposition au suicide du patient et 50,4 % rapportaient qu’aucune réunion n’avaient été mise en place dans les suites de l’évènement. Le sentiment de responsabilité vis-à-vis du suicide étaient le prédicteur le plus important pour l’impact négatif du suicide d’un patient.

Les résultats démontrent l’importante prévalence de l’exposition aux suicides de patients chez les psychiatres français, associée à un impact important sur le plan émotionnel, traumatique et professionnel. Des résultats qui soulignent l’importance d’implémenter des programmes de formation au cours des études et de postvention en milieu professionnel pour soutenir les psychiatres exposés au suicide d’un patient.

A voir sur infosuiccide.org
• A lire dans le dossier de mars 2021 de la revue Santé Mentale « Prévenir la réitération du suicide » , l’article de Christine Durif-Bruckert, Bruno Cuvillier et Edouard Leaune : « ça été un choc, je me sentais coupable ».