Olivier Véran à l’écoute des infirmières de pratique avancée

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le 19 avril 2021, les représentants des infirmiers en pratique avancée ont été reçus par Olivier Véran, exprimant ainsi leurs questionnements liés au déploiement et à l’accompagnement de leur exercice. Des engagements concrets ont été pris par le ministre. Les grilles indiciaires seront « revalorisées à hauteur de celles des infirmiers spécialisés. Une prime spécifique ainsi qu’une nouvelle bonification indiciaire (NBI) seront créées pour les IPA« 

Les infirmiers en pratique avancée ont découvrent avec stupeur l’absence de revalorisation de leurs salaires suite au Ségur de la santé, l’Union nationale des Infirmiers en Pratique Avancée (UNIPA) rappelant, par voie de communiqué le 16 avril dernier, « combien les grilles indiciaires parues, en mars 2020, pendant la première vague COVID sont indécentes » et « dénonçant la revalorisation minime de moins de 50 euros brut entre le diplôme infirmier et le diplôme grade master de l’IPA » alors que selon Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, l’expertise des infirmiers en pratique avancée relève de celle « d’un praticien médical  » et leur permet d’ »exercer en autonomie vis-à-vis du médecin prescripteur« .

L’UNIPA avait interpellé le ministre lui rappelant combien « à l’heure de la transition démographique, la pratique avancée est un levier majeur de la performance de notre système de santé » et combien les infirmiers en pratique avancée comptaient sur lui « pour soutenir son déploiement« .

Le 19 avril, les représentants des infirmiers en pratique avancée – UNIPA et CNP IPA (Conseil National Professionnel) – ont été reçus par Olivier Véran. Ils ont pu exprimer de vive voix les freins à l’implantation de la pratique avancée en France, un déploiement que le ministre dit connaître, souhaitant de fait « accélèrer son développement aussi rapide qu’efficace« , et assurant les IPA « de son soutien actif. » Olivier Véran s’engage donc sur quatre points :

  • concernant l’aspect opérationnel, Thomas Fatôme, directeur général de la Caisse national d’assurance maladie (Cnam), est mandaté pour régler au plus vite « les problématiques liées aux système d’information » ;
  • concernant le modèle économique en soins primaires, Sophie Sergent-Decherf, conseillère en charge des sujets professionnels de santé, est chargée « d’accélérer le déploiement des IPA en ville, avec un modèle économique adapté » ;
  • concernant les grilles indiciaire des IPA de la fonction publique hospitalière, Olivier Véran annonce que celles-ci seront « revalorisées à hauteur des infirmiers spécialisés« . Une « prime spécifique » ainsi qu’une « nouvelle bonification indiciaire (NBI) » seront créées pour les IPA ;
  • enfin, concernant l’accès direct de la population aux IPA, le ministre souhaite « faire sauter les verrous », demandant ainsi à Vanessa Fage-Moreel, sous-directrice de la DGOS, de lui faire remonter « tous les freins à l’exercice en pratique avancée. » Il s’engage également « à faire modifier les décrets » rapidement.

Pour les représentants des IPA qui se réjouissent de ces engagements pris, la vigilance reste de mise et des actes sont maintenant attendus.