La réduction des risques et des dommages liés à l’alcool : historique, pratiques, analyse et propositions

FacebookTwitterLinkedInEmail

Un rapport rédigé par Guylaine Benech sous la direction scientifique du regretté Pr Michel Reynaud, puis du Dr Bernard Basset s'intéresse à l'historique, aux pratiques, à l'analyse et aux propositions autour de la réduction des risques et des dommages liés à l'alcool (RdRDA). Ce rapport a été financé par la Mildeca avec le soutien de la DGS.

Ce présent rapport porte sur la réduction des risques et des dommages liés à l’alcool (RdRDA). Il s’intéresse tout particulièrement aux initiatives, de plus en plus répandues en France, visant à accompagner, dans une approche de RdRDA, la consommation d’alcool de personnes en difficulté avec ce produit. Une attention particulière est portée aux actions s’adressant aux usagers les plus vulnérables, et notamment aux personnes en situation de précarité.

Il est organisé en quatre parties :

  • La première partie propose un rappel historique pour mieux comprendre le contexte dans lequel a émergé la réduction des risques et des dommages liés à l’alcool (RdRDA).
  • La deuxième partie propose une analyse du concept de RdRDA.
  • La troisième partie recense des initiatives de RdRDA déployées dans des espaces variés, en France. Elle se termine par un aperçu de dispositifs probants adoptés à l’étranger.
  • La quatrième partie propose une analyse de la situation et ouvre la discussion autour d’enjeux éthiques, juridiques, sanitaires, sociaux et de politiques publiques.

Le document se termine par une liste de recommandations visant l’amélioration des dispositifs français d’accompagnement des personnes en difficulté avec l’alcool, dans un souci de réduction des inégalités de santé. Des fiches-action décrivant plus en détail des expériences particulièrement avancées de RdRDA sont annexées au rapport.

Ce travail est le résultat d’une mission confiée au Fonds Actions addictions par la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et la Direction générale de la santé (DGS) du Ministère des solidarités et de la santé.

Les idées exprimées dans ce rapport sont celles des auteurs uniquement. Elles n’engagent ni les personnes consultées lors des travaux, ni les financeurs de cette mission. Le genre masculin est utilisé comme générique et dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

Lire la synthèse du rapport

Lire le rapport complet

Rens. : www.addictaide.fr