N° 227 - Avril 2018

Penser le soin psychique en prison

Auteur(s) : Gilles Tanvez, Psychologue clinicienNbre de pages : 7
FacebookTwitterLinkedInEmail

Le service de Soins psychiatriques ambulatoires aux détenus (SPAD) est un dispositif de soins original indépendant des services judiciaires et pénitentiaires. Les 4 L (lieu, limites, lois, langage) servent de balises pour la rencontre avec le détenu. Illustration clinique.

Les personnes détenues doivent bénéficier de soins psychiques identiques à ceux prodigués aux personnes libres. Seule la privation d’une liberté fondamentale, celle d’aller et venir, devrait différencier les personnes captives de la population. Pour autant, sont-elles des patients comme les autres ? Les effets du contexte carcéral sur les fonctionnements psychiques, la confusion possible entre dangerosité criminologique et psychiatrique, les incitations au soin, la gestion des interfaces santé/justice, interrogent la pratique des professionnels sur les plans éthique, déontologique et technique. Issu de la pédagogie institutionnelle, l’outil conceptuel des 4 L peut répondre à ces interrogations pour faire en sorte que dans un dispositif de soins psychiatriques en prison prenant le risque de la dissolution de ses frontières, le soin psychique reste possible.

 

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro