N° 225 - Février 2018

Un patient peut-il refuser un traitement médicamenteux?

Auteur(s) : Eric Péchillon, Professeur des Universités et Stéphanie Renard, Maître de conférencesNbre de pages : 5
FacebookTwitterLinkedInEmail

Pour consentir à un traitement, il faut d’abord admettre la maladie et accepter le besoin de soin. En matière d’éducation thérapeutique du patient, la loi requiert un consentement écrit du patient ou de ses représentants légaux.

Le modèle de soin actuel, libéral et autonomiste, fait du patient l’acteur principal de sa prise en charge. Dans ce contexte, le consentement du patient aux soins est la condition indépassable de la licéité du traitement, y compris en psychiatrie. L’auteur présente le cadre législatif général dans lequel s’inscrivent traitement médicamenteux et éducation thérapeutique du patient. En psychiatrie, où les troubles entraînent des moments de crise rendant impossible un temps le consentement éclairé du patient, le soignant doit réfléchir au recueil de ses volontés en amont.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro