Prendre appui pour parler de soi

N° 223 - Décembre 2017
FacebookTwitterLinkedInEmail

Hospitalisé en psychiatrie pour des angoisses massives, Tristan, 54 ans, se replie dans sa chambre et ne se déplace qu’avec lenteur et mollesse. Une prise en charge psychocorporelle lui permet de réinvestir son corps, de retrouver des appuis solides et une mobilité qui vont l’aider à se reconstruire psychiquement.

Patient état-limite suivi régulièrement au Centre médico-psychologique, Tristan est hospitalisé pour une recrudescence d’angoisse massive et des ruminations anxieuses. Une prise en charge de psychomotricité lui est proposée, dans l’objectif de l’aider à prendre appui et à se mouvoir plus facilement. Cet article retrace ce suivi et explore le travail qui favorise le mouvement corporel et psychique.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro