N° 213 - Décembre 2016

« Epidémie » de suicides chez les infirmiers?

Auteur(s) : François Vatin, Professeur de sociologieNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Sous un angle purement statistique, il n’y a pas davantage de suicides chez les infirmières que dans la population générale. En se dégageant de l’émotion, l’approche sociologique met en évidence l’importance du travail comme espace de réalisation de soi et d’efficacité collective.

Cinq suicides d’infirmiers ont eu lieu durant l’été 2016, ce qui a profondément ébranlé la profession. Peut-on pour autant évoquer une épidémie de suicides dans ce groupe professionnel ? L’approche sociologique permet de rapporter les chiffres à ceux de la population générale. Il s’avère que comparativement, et tenant compte des caractéristiques de cette population très féminine, les suicides infirmiers ne sont pas proportionnellement plus nombreux. Dès lors, la question se déplace vers le pourquoi d’une telle focalisation. L’auteur fait l’hypothèse qu’elle provient de la forte attente du travail en termes d’espace de réalisation de soi et d’efficacité collective.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro