N° 211 - Octobre 2016

Le psychiatre et la décision médicale partagée

Auteur(s) : Isabelle Salmona, psychiatreNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Si les psychiatres se déclarent spontanément favorables à la décision médicale partagée, dans la réalité, les pratiques restent très hétérogènes. Parfois, les praticiens usent de critères discriminatoires pour l’envisager ou non, ils explorent peu les souhaits des patients ou se réfugient derrière leur « manque d’insight ».

La décision médicale partagée est un concept actuellement en plein essor dans le champ de la médecine somatique. En psychiatrie, malgré un intérêt et un nombre de publications croissant, cette démarche semble avoir plus de mal à s’imposer, car elle s’inscrit en opposition par rapport au mode de pensée classique. Pourtant là aussi, la décision médicale partagée fait l’objet d’un intérêt croissant, qui s’explique notamment par un souhait de plus en plus important des usagers de s’impliquer activement dans leurs soins ainsi qu’une méfiance de plus en plus importante vis-à-vis de la contrainte et des soins imposés. Cet article expose les bases de la notion et aborde les données actuelles de la littérature sur son application en santé mentale et les obstacles rencontrés.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro