Etats généraux de la pédopsychiatrie : 10 propositions émergent

FacebookTwitterLinkedInEmail

Les États généraux de la pédopsychiatrie organisés le 4 avril dernier, à l’initiative de quatre organisations professionnelles (1), ont réuni plus de 650 personnes sur l’avenir de la discipline. En effet, les demandes de prises en charge augmentent constamment dans un contexte de précarité et de crise qui génère des difficultés psychologiques chez de nombreux enfants. Environ 500 000 d’entre eux sont reçus chaque année dans les secteurs infanto-juvénile et les CMPP, un nombre qui aurait plus que doublé en quinze ans, selon les organisateurs. Dans le même temps, les établissements fonctionnent à flux tendu, et le nombre de pédopsychiatres ne cesse de diminuer. Ces États généraux, préparés de longue date par des travaux réalisés en région, visaient donc à faire émerger des propositions constructives et durables pour l’avenir.

Dix propositions, assorties de recommandations de mises en œuvre, ont ainsi été élaborées. Plusieurs angles se dégagent.
– L’accès à la pédopsychiatrie doit être garanti, pour tous et sur l’ensemble du territoire à travers des structures de soins ambulatoires de proximité (CMP et CMPP).
– La pédopsychiatrie, qui développe une approche multidimensionnelle prenant en compte l’enfant dans sa globalité, s’appuie sur une pluralité de modèles de compréhension. Elle réclame une réelle reconnaissance de ses compétences diagnostiques, de son rôle de coordonnateur de projets de soin, de sa mission de prévention.
– La discipline requiert des professionnels formés et ses missions justifient la réalisation de recherches intégrées au travail de terrain en complément des recherches fondamentales.
– Enfin, les États Généraux, qui entendent poursuivre leurs actions jusqu’à obtenir de réelles mesures, réclament un interlocuteur ministériel et l’organisation pérenne d’instances de concertation nationales, régionales et territoriales pour l’élaboration de la politique de soin et de prévention psychologique des enfants.
 

1– Association des psychiatres de secteur infanto-juvénile (API), Fédération des centres médico-psycho-pédagogiques (FNCMPP), Société française de psychiatrie de l’enfant et de l'adolescent et disciplines associées (SFPEADA), Société de l’information psychiatrique.

Les dix propositions pour l’avenir de la psychiatrie sont consultables sur sfpeada.fr ou téléchargeables ici