La parenté aujourd’hui

FacebookTwitterLinkedInEmail

Peut-on penser ensemble l’actualité politique de la filiation et l’actualité sociale de la prise en charge des personnes dépendantes ? Tel est le pari de ce livre. Il est construit sur l’analyse ethnographique de cas où la transmission du nom, la consanguinité et le partage du quotidien se trouvent dissociés. À travers des histoires familiales saisissantes situées dans leur contexte historique, tout au long du XXe siècle européen, l’anthropologie de la parenté « nouvelle vague » dépasse les oppositions de principe pour montrer l’imbrication des normes, des pratiques et des sentiments. Elle invite à lire au prisme de la reproduction sociale les nouvelles technologies de la reproduction biologique, disponibles à l’échelle mondiale, et leur encadrement juridique à l’échelle nationale, mais aussi les obligations morales envers les personnes dépendantes, qui pèsent inégalement sur les familles et sur les individus. Elle permet de découvrir les faiblesses de la parenté quotidienne lorsqu’elle ne s’appuie ni sur les représentations génétiques de la filiation, ni sur la reconnaissance juridique – mais aussi de souligner sa force, capable de faire évoluer nos mentalités et, partant, les lois qui nous gouvernent.

Florence WEBER enseigne depuis 1998 la sociologie et l’anthropologie sociale à l’École normale supérieure, où elle dirige le département de Sciences sociales. Elle coordonne des recherches collectives dans le cadre de l’équipe MEDIPS et de la chaire « Handicap psychique et décision pour autrui » (EHESP-CNSA).

Penser la parenté aujourd'hui, Florence Weber, Editions Rue d'Ulm, 2013, 22 euros