Dérives sectaires en Ehpad : l’alerte de la Miviludes

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dans son rapport annuel, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) consacre un chapitre aux personnes vulnérables, dans lequel elle évoque en particulier les personnes âgées accueillies en Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

La Miviludes pointe ainsi que l’accueil en établissement, parfois loin de la famille, peut favoriser des situations de sollicitations financières à dimension sectaire, le cas le plus courant étant celui des auxiliaires bénévoles qui peuvent profiter de l’absence de vigilance de la direction de l’établissement et/ou de la carence de la famille, pour instaurer une relation de confiance, voire affective, avec la personne et lui soutirer des dons, legs, remises en nature, avantage financiers… Le rapport souligne aussi le risque de prosélytisme au sein des établissements et celui lié aux discours de « pseudo-guérisseurs ».

Dans ce contexte, la Miviludes présente des pistes pour améliorer la protection et la défense des résidents. Elle propose le renforcement du rôle du Conseil de vie sociale de l’établissement et estime qu’il faudrait permettre aux Ehpad d’avoir recours, au moment de l’admission d’une personne âgée, à la désignation d’une « personne digne de confiance » référente, comme c’est le cas pour les établissements de santé.