N° 68 - Mai 2002

Peut-on refuser de prendre un neuroleptique ?

Auteur(s) : Dominique Friard, ISPNbre de pages : 2
FacebookTwitterLinkedInEmail

Si les textes français ne sont pas extrêmement clairs sur la question du refus de prendre un neuroleptique – les soins se confondant souvent avec l’hospitalisation – il n’en va pas de même en Suisse. Un arrêt du tribunal administratif de la république et du canton de Genève, en date du 7 mars 1995, énonce que la volonté d’une plaignante de ne recevoir à l’avenir aucun neuroleptique devra être respectée par les Institutions universitaires de psychiatrie de Genève (IUPG) ; même si cette patiente était jugée ultérieurement incapable de discernement.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro