N° 253 - Décembre 2020

Prescrire des antipsychotiques dans la schizophrénie

Auteur(s) : Léo MALANDAIN et Florence THIBAUT, psychiatresNbre de pages : 8

L’objectif du traitement par antipsychotique est de réduire les symptômes à l’origine d’une souffrance pour le patient, mais aussi d’améliorer sa qualité de vie et son insertion, tout en limitant les effets secondaires potentiellement négatifs. Principes de prescription et effets secondaires.

Lire la suite

5,00 €
N° 253 - Décembre 2020

Le programme Accept Voices©

Auteur(s) : Thomas LANGLOIS, psychologue et neuropsychologueNbre de pages : 7

L’intervention groupale Accept Voices© permet aux patients d’améliorer la compréhension, l’acceptation et le vécu de leurs voix. Les résultats montrent une diminution de l’intensité de leurs hallucinations auditives, moins de dépression et d’anxiété.

Lire la suite

5,00 €
N° 252 - Novembre 2020

La pleine conscience pour réduire les pensées négatives

Auteur(s) : Rebecca SHANKLAND, professeure de psychologie, et Jacinthe LEDUC, chargée de cours, formatrice et professeure de psychologieNbre de pages : 7

Les pratiques de pleine conscience ont des effets bénéfiques sur la réduction des symptômes anxio-dépressifs et notamment les ruminations. Le point sur les programmes validés et les innovations.

Lire la suite

5,00 €
N° 251 - Octobre 2020

Covid-19 : quand la téléconsultation s’impose…

Auteur(s) : Laurent Tigrane TOVMASSIAN, docteur en psychopathologie et psychanalyseNbre de pages : 6

La clinique du psychotraumatisme apporte un éclairage précieux sur les effets psychiques de l’épidémie de covid-19. En perturbant l’assise narcissique habituelle assurée par l’illusion de l’immortalité, ce virus provoque en effet un réel vécu traumatique.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

Le toucher émotionnel dans la démence

Auteur(s) : Corinne SCHAUB, Professeur associéeNbre de pages : 6

Avec les personnes âgées atteintes de démence, le toucher émotionnel permet de maintenir une forme essentielle de communication. Plusieurs conditions doivent être réunies, sur le plan institutionnel notamment, pour permettre aux soignants de s’y engager.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

« Je connais la chanson »

Auteur(s) : Stéphane BERRUCHON, Neuropsychologue, et Bernard MAC NAB, MusicothérapeuteNbre de pages : 5

La musicothérapie permet à certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer de communiquer autrement que par les mots et d’être valorisés pour leur « savoir-faire »… L’évaluation neuro-musicale est une étape essentielle du dispositif. Illustrations cliniques.

Lire la suite

5,00 €
N° 246 - Mars 2020

Alzheimer : pourquoi doit-on communiquer avec le patient ?

Pourquoi communiquer avec une personne qui « n’est plus capable de comprendre et de se faire comprendre » ? Même lorsque le patient atteint de la maladie d’Alzheimer est muet, passif, lorsqu’il présente des troubles du comportement, les soignants et l’entourage doivent maintenir une forme de communication. Pour de multiples raisons.

Lire la suite

N° 245 - Février 2020

Des directives pour anticiper la crise en psychiatrie

Auteur(s) : Aurélie TINLAND, Psychiatre, Frédéric MOUGEOT, Sociologue, Elsa MAÎTRE, PsychiatreNbre de pages : 6

Les directives anticipées psychiatriques constituent une piste prometteuse pour engager une relation partenariale dans les soins, en urgence comme en soins courants. À qui s’adressent-elles ? Que contiennent-elles ? Quels sont leurs effets ? Repères théoriques.

Lire la suite

5,00 €
N° 236 - Mars 2019

Groupes de parole auprès d’auteurs de violences

Auteur(s) : Joanna SMITH, Nicolas DE SALLES DE HYS, Psychologues cliniciensNbre de pages : 6

Le groupe offre aux auteurs de violences sexuelles en soins sous contrainte un espace adapté, facilitant la prise de conscience des troubles et l’émergence de la demande de soins. Retour sur le parcours de Philippe, pris en charge à l’Antenne de psychiatrie et de psychologie légales.

Lire la suite

5,00 €
N° 236 - Mars 2019

Des groupes de parole pour patients bipolaires

Pour les personnes souffrant de troubles bipolaires et leurs proches, les groupes de parole, en dehors des lieux de soins, restent indispensables au rétablissement. Un bénévole de l’association Argos 2001 précise les bénéfices de ces partages d’expérience.

Lire la suite