N° 260 - Septembre 2021

« Sans chambre d’isolement, on a gagné en assurance »

Auteur(s) : Ludovic SERNA, cadre supérieur de santé, Christophe LANOIX, cadre de santé, et Flora LOOTGIETER, infirmièreNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Au CH Saint-Jean de Dieu, trois ans après la fermeture d’une chambre d’isolement, l’ambiance générale de l’unité s’est considérablement apaisée et l’alliance thérapeutique renforcée. Retour sur les étapes qui ont permis aux soignants, soutenus par l’encadrement et l’institution, d’innover.

Créée en 2004, l’Unité de réhabilitation psychosociale (URPS) Paul Sivadon avait pour mission initiale l’accueil « des personnes présentant des pathologies à longue évolution hospitalisées au long cours » afin de préparer leur intégration dans un lieu de vie quel qu’il soit. D’une capacité de 40 lits, elle occupait deux étages, créant ainsi deux sous-unités de 20 lits. Cette organisation répartissait aussi les moyens humains entre deux services.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro