Assises santé mentale et psychiatrie : Olivier Véran dévoile quelques mesures…

FacebookTwitterLinkedInEmail

En ouverture des assises de la santé mentale et de la psychiatrie le 27 septembre, Olivier Véran a dévoilé de premières annonces sur plusieurs enjeux et réformes en cours.

Un triple objectif :

- Faire sortir le sujet de la santé mentale et de la psychiatrie, encore souvent tabou, de sa relative confidentialité et du domaine réservé des experts. C’est pourquoi ces Assises sont largement ouvertes au public.
- permettre à tous les acteurs présents d’exprimer leurs préoccupations, leurs analyses, leurs attentes, mais aussi leurs espoirs et leurs propositions.
- A travers l’échange de points de vue dépasser des constats critiques pour dégager des convergences et formuler des propositions concrètes.

Des « annonces » au fil du discours…

  • poursuivre le développement des protocoles de coopération entre professionnels et favoriser l’émergence de nouveaux métiers, particulièrement dans le champ de la pair-aidance.
  • dès le 1er octobre, par l’entrée en fonctionnement du numéro national de prévention du suicide. Numéro gratuit, accessible 7J/7 et 24H/24, et depuis tout le territoire national, ce numéro permettra d’apporter une réponse immédiate aux personnes en détresse psychique et à risque suicidaire.
  • poursuivre le déploiement du dispositif Vigilans de rappel et de suivi des personnes ayant fait une tentative de suicide. Déployé dans 12 régions métropolitaines sur 13, et dans 2 régions d’Outre-mer, il le sera dans l’ensemble des régions à la fin de cette année. Près de 15 000 patients ont intégré ce dispositif l’an passé, et 10 000 début juin de cette année.
  • Augmenter le nombre d’Infirmiers en Pratique Avancée en psychiatrie et santé mentale afin d’apporter de nouvelles compétences et une collaboration pluri professionnels renforcée au sein des équipes.
  • Intégrer plus massivement les innovations numériques en santé mentale.
  • le programme des Premiers secours en santé mentale, né en Australie en 2000, a fait ses preuves dans 26 pays. Adapté en France, ce programme a été initialement déployé dans 4 universités. Il le sera dans 16 universités à la fin de cette année, avec un objectif de formation de plus de 5000 secouristes.

Olivier Véran a également souligné que « la crise sanitaire a par ailleurs montré, si besoin était, le rôle essentiel que peuvent jouer les psychologues dans la détection précoce, la prise en charge de la souffrance psychique et leur contribution quand leur offre est pleinement intégrée dans le parcours de soins. Nous avons ouvert ce chantier, je sais qu’il suscite parfois des incompréhensions pour des représentants de la profession, mais nous continuerons à avancer ensemble ».

L’attractivité de la psychiatrie reste en revanche pour le ministre une source d’inquiétude qui souligne que « cette discipline, historique et noble, ne mérite pas le désintérêt qu’elle semble aujourd’hui susciter chez les jeunes médecins, comme le choix des internes ces dernières années paraît hélas le confirmer ».