Hors-série - Août 2021

Violences conjugales et maricide

FacebookTwitterLinkedInEmail

La quarantaine, Célina, qui souffre d’un vécu psychocorporel mortifère, purge une longue peine de prison pour le meurtre de son mari. Pas à pas, en psychomotricité, elle réalise un immense travail qui l’aide à réinvestir son corps, longtemps attaqué et meurtri.

En France, environ 10 % des femmes subissent des violences conjugales, qui peuvent être verbales (dépréciation, insultes), psychologiques (dévalorisation, mépris, lavage de cerveau), financières (privations), physiques (coups, blessures, 25 %), sexuelles (viols, prostitution, 10 %) (1). Ces violences répétées rendent la victime vulnérable, visent sa négation, son asservissement, la dépossession de soi jusqu’à sa disparition éventuelle par meurtre ou suicide. En 2019, 146 femmes sont ainsi décédées, les 2/3 ayant antérieurement été violentées.

L’enjeu de vie ou de mort et la nécessité de se protéger conduisent certaines de ces femmes à tuer leur conjoint : en 2019, on dénombre 27 victimes masculines. 81 % des femmes meurtrières étaient en couple avec le défunt, 50 % avaient subi des violences de sa part (19 % avaient déjà porté plainte), la majorité n’avait pas prémédité l’acte, qui se produit principalement au domicile conjugal, par arme blanche (2). Quand il est la conséquence de violences conjugales, le maricide s’agit sur le conjoint mais résulte bien d’une nécessité de sortir d’une impasse mortifère, dont la femme ne sait comment s’extraire tant l’emprise immobilise ses ressources psychosociales.

Pack AGRESSIVITE,VIOLENCE

N° 165 Le passage à l'acte
N° 172 Le cadre thérapeutique
N° 187 Agitation ou violence ?
N° 194 Les psychopathes
N° 211 Soins et négociation
N° 227 Soins psychiatriques aux personnes détenues

Plus d’informations

Pack COUPLE

N° 132 Violences conjugales
N° 188 Le pervers narcissique dans le couple
N° 193 Le couple vieillisssant
N° 207 La jalousie
N° 247 Clinique du lien conjugal

Plus d’informations