Donner une visibilité au handicap psychique en milieu urbain

FacebookTwitterLinkedInEmail

« Des grands ensembles au vivre ensemble », un projet imaginé pour le quartier du Grand Parc à Bordeaux, a été récompensé par le jury du concours d’idées CNSA Lieux de vie collectifs & autonomie 2021, présidé par l’architecte Michel Seban. Conçu par une équipe alliant des compétences d’architecture, de médecine et de psychologie, le projet a pour ambition de ménager une pleine place aux personnes en situation de handicap psychique dans la cité, mettant en valeur la double compétence des personnes elles-mêmes et du quartier qui les accueille.

L’édition 2021 du concours d’idées Lieux de vie collectifs & autonomie organisé par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), avec la collaboration de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et avec le soutien du Comité national coordination action handicap (CCAH), invitait une nouvelle fois les étudiants en architecture à imaginer des lieux de vie collectifs innovants pour les personnes handicapées. Avec ce concours, la CNSA anime une réflexion sur l’adaptation de l’habitat des publics fragilisés par l’âge ou le handicap. Le jury a récompensé deux projets construits autour d’une thématique commune : l’insertion dans la cité des personnes en situation de handicap.

Accueil de la différence

Avec « Des grands ensembles au vivre ensemble », Paul de Cathelineau, Alexandra De Sousa Dantas et Sixtine Boutillier Berenger, respectivement étudiants en architecture à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, en médecine à l’université Paris Sorbonne et en psychologie à l’université de Tours, s’attachent à faire de l’accueil de la différence une ressource pour un quartier d’ores et déjà engagé dans son renouvellement urbain. 

La structure est implantée sur une parcelle située à l’entrée du quartier social du Grand Parc ; quartier qui compte 70% du parc de logements sociaux de Bordeaux. Avec ce choix, le trio s’attache non seulement à donner une visibilité au handicap en milieu urbain, mais également à promouvoir un quartier singulier issu de la politique de construction d’après-guerre et dont la rénovation en cours repose sur les trois piliers environnementaux, économiques et de solidarité qui caractérisent le développement durable. 

Le projet s’articule autour d’un programme mixte associant logements – de tailles différentes pour s’adapter au projet de vie de chacun -, ateliers créatifs, espaces collectifs, de coworking et de soins, cellules d’habitat éphémères pour accueillir les familles ou les invités. 

Des jardins thérapeutiques encouragent les résidents à investir complètement les espaces communs tout en préservant leur intimité. Au rez-de-chaussée, les échanges avec le quartier sont assurés grâce à une halle de découverte des métiers de l’art et de l’artisanat. Les Bordelais peuvent y acheter les créations des résidents. 

L’équipe a imaginé un projet évolutif dans le temps. Le parking attenant à la structure constitue ainsi une réserve foncière pour anticiper l’extension de l’établissement. 

Le jury a salué la réunion de compétences transverses des étudiants. Cette association a permis de considérer le champ des possibles pour les personnes et d’imaginer en même temps le chez-soi et le vivre ensemble dans un véritable lieu-ressources pour ses habitants et l’ensemble de la ville.

En savoir plus sur le site de la CNSA