Dérives sectaires : environ 40% des signalements concernent des questions de santé ou de bien-être

FacebookTwitterLinkedInEmail



Le dernier rapport de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) alerte sur une augmentation de 40% des saisines depuis cinq ans, notamment des signalements de situations « urgentes » qui présentent « un risque immédiat d’ordre public ou de sécurité pour les personnes ». 38% des dérives sont observées dans le domaine de la santé, aggravées par la crise sanitaire liée à la Covid-19. A signaler aussi des dérives inquiétantes signalées dans le coaching…

De très nombreuses dérives dans le domaine de la santé…

Ce rapport rend compte de l’activité de la Miviludes et de ses observations du phénomène sectaire sur les années 2018 à 2020. Récemment rattachée au ministère de l’Intérieur, sous la responsabilité de la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires alerte sur une augmentation de 40% des saisines depuis cinq ans, notamment des signalements de situations « urgentes » qui présentent « un risque immédiat d’ordre public ou de sécurité pour les personnes ». Des dérives sont observées dans le domaine de la santé, aggravées par la crise sanitaire liée à la Covid-19. Environ 40% des signalements concernent en effet des questions de santé ou de bien-être. « Les trois dernières années confirment encore l’importance du risque sectaire dans le domaine de la santé et du bien-être. La multiplication des propositions alternatives, des offres pseudo-thérapeutiques ou des solutions de bien-être rencontre un public de plus en plus large« .

Se développe ainsi à côté du secteur réglementé de la santé un immense marché sur le lequel prospère un certain nombre de personnes dangereuses... par exemple des stages de jeûne extrême de 21 jours au bout desquels il serait possible de se nourrir exclusivement d’air et de lumière.

La Miviludes rappelle « que ce ne sont pas tant les méthodes qui lui sont signalées que ceux qui les mettent en oeuvre qui représentent un danger du fait de leur amateurisme ou de leur volonté délibérée d’exploiter les vulnérabilités des personnes qui s’en remettent totalement à eux« .

Le coaching et ses dérives inquiétantes…

Dans le domaine économique du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, le rapport observe également la multiplication de méthodes qui s’intègrent dans des pratiques de management, d’éducation, voire de soins, alliant bien-être, mieux être, bonheur, se présentant comme des outils de communication et de développement personnel. Parmi ces méthodes, le coaching est en plein essor. Des dérives inquiétantes sont signalées comme les confessions intimes et publiques, le coût des séances, jusqu’à un véritable assujettissement. « Les propositions de formation ou de coaching qui ont fleuri sur la toile ne présentent pas toutes des risques. Pourtant certains proches inquiets font état d’un enfermement total et d’une dévotion inconditionnelle au leader entretenue par un culte de la personnalité« .

« De manière subtile et progressive, et parfois dans un espace-temps très court, les membres se retrouvent dans une situation de dépendance exclusive, servitude volontaire et de soumission aux désirs croissants du leader, nourri par la foule grandissante d’adeptes…« 

Rapport d’activité & études 2018/2020, Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. (PDF)