N° 258 - Mai 2021

Traumatises précoces et troubles bipolaires

Auteur(s) : Bruno ETAIN, professeur de psyciatrieNbre de pages : 6
FacebookTwitterLinkedInEmail

Les évènements traumatiques vécus dans l’enfance constituent un facteur de risque de développer des troubles bipolaires et d’en augmenter la sévérité. Cette dimension doit être prise en compte dans le projet de soin. Le point sur la recherche.

Les études d’épidémiologie génétique montrent l’implication de facteurs de risque génétiques dans les troubles bipolaires, comme en témoigne la forte héritabilité de ces troubles (de l’ordre de 65 %, 1) (voir aussi l’article de S. Jamain, p. 26). L’héritabilité correspond à la proportion de la maladie expliquée par la somme des facteurs génétiques. Néanmoins, les études de jumeaux montrent que la concordance observée pour le trouble bipolaire entre jumeaux monozygotes n’est jamais de 100 %. Ceci témoigne donc que des facteurs de risque non génétiques et partagés par les individus (d’une même fratrie par exemple) sont également à l’œuvre.

Dans les troubles bipolaires, on estime que 20 à 40 % de la maladie seraient expliqués des facteurs non génétiques, partagés ou non entre les individus atteints (1). Ces facteurs environnementaux qui augmentent le risque de développer un trouble bipolaire restent globalement méconnus.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro