Les proches aidants inclus dans les cibles prioritaires pour le vaccin

FacebookTwitterLinkedInEmail

La Haute Autorité de santé (HAS) poursuit l’adaptation de la stratégie vaccinale et recommande d’ouvrir la vaccination de façon prioritaire à l’entourage des personnes immunodéprimées puis aux proches aidants des personnes âgées en perte d’autonomie et des personnes en situation de handicap. Elle appelle par ailleurs au renforcement de la vaccination de l’ensemble des professionnels du secteur de la santé ainsi que du secteur médico-social et des transports sanitaires. Un communiqué décline ces nouvelles cibles de vaccination.

La HAS poursuit ses travaux sur la stratégie vaccinale face à la Covid-19, adaptant ses recommandations au fil des nouvelles données scientifiques et de la situation épidémique. L’objectif premier de la campagne vaccinale reste à ce stade de réduire la pression pesant sur les services hospitaliers et la mortalité. Ainsi, alors que l’approvisionnement progressif en doses de vaccins ne permet pas encore d’ouvrir la vaccination à toute la population, protéger les personnes à risque de forme grave demeurent l’objectif prioritaire. Mais si la vaccination protège des formes graves, des données préliminaires suggèrent également des effets sur le risque de transmission du virus.
Bien que partielles, ces données encourageantes permettent à la HAS d’ajuster sa stratégie vaccinale et de recommander la vaccination de l’entourage des personnes immunodéprimées et des proches aidants de certaines personnes fragiles. Cette vaccination est complémentaire du maintien des mesures barrières et de distanciation physique pour lutter efficacement contre l’épidémie de Covid-19.                                                                                                                                           

Ces recommandations seront encore susceptibles d’évoluer en fonction des connaissances. Dès lors que la morbi-mortalité liée à la Covid-19 sera réduite par la vaccination des personnes à risque de formes graves et de leur entourage, l’objectif du programme de vaccination devra s’orienter vers la réduction de la circulation du virus au sein de la population.

Vacciner en priorité l’entourage des personnes immunodéprimées

Les patients immunodéprimés sont doublement vulnérables : ils présentent le risque de développer une forme grave de Covid-19 tout en étant peu protégées par la vaccination. Le principe est alors de les protéger indirectement, via la vaccination de leurs proches. La HAS recommande ainsi qu’une stratégie dite de « cocooning » soit mise en place autour des personnes immunodéprimées, adultes et enfants. 

On entend par « entourage des personnes immunodéprimées » l’ensemble des personnes vivant sous le même toit, des personnes contribuant à leur prise en charge (personnels de santé, aides à domicile, auxiliaires de vie, etc.) et des personnes susceptibles d’en assurer la garde (assistante maternelle, famille, garde-malade, etc.). La HAS considère que ces personnes doivent être vaccinées dès que possible. Les personnes de moins de 16 ans dans l’entourage des personnes immunodéprimées devront également être vaccinées dès que les autorisations de mise sur le marché des vaccins le permettront.

En détail, la stratégie de « cocooning » doit pour l’instant cibler en priorité l’entourage :

  • des personnes transplantées d’organes solides ou de cellules souches hématopoïétiques,
  • des personnes sous chimiothérapie lymphopéniante,
  • des personnes recevant un traitement par anti-CD20 et personnes dialysées chroniques,
  • et, au cas par cas, des personnes sous immunosuppresseurs ne relevant pas de ces catégories ou porteuses d’un déficit immunitaire primitif, après avis spécialisé.

D’après les premières données disponibles, les vaccins à ARNm et le vaccin Janssen semblent avoir un plus fort impact sur la transmission du virus. Les personnes immunodéprimées étant particulièrement à risque, la HAS recommande d’utiliser préférentiellement ces vaccins dans le cadre de la vaccination de leur entourage.

… et ouvrir la vaccination aux proches aidants des personnes fragiles

Il apparait ensuite opportun d’ouvrir également la vaccination aux personnes susceptibles de transmettre le virus à d’autres personnes fragiles ; plus précisément :

  • dans un premier temps à tous les proches aidants familiaux de personnes âgées en perte d’autonomie,
  • ensuite, aux proches aidants familiaux des personnes en situation de handicap dès lors que l’ensemble des personnes en situation de handicap aura pu être vacciné.

La vaccination des proches aidants permet de pallier les difficultés éventuelles de ces populations fragiles à maintenir les gestes barrières. Elle permet par ailleurs, en protégeant les proches aidants, de préserver la continuité des soins quotidiens.