N° 258 - Mai 2021

« La maladie de papa, elle m’éclabousse »

Auteur(s) : Hélène DAVTIAN, Éliane COLLOMBET, Felisa BLANCON et Kadija MAACH, psychologuesNbre de pages : 4
FacebookTwitterLinkedInEmail

Longtemps considérée comme un « angle mort » de la psychiatrie, la question des fratries qui partagent le quotidien d’une personne souffrant de troubles psychiques est au cœur de l’activité des Funambules. Rencontre avec une équipe pionnière.

Vous avez créé en 2018 les Funambules, un espace dédié aux jeunes dont un proche souffre d’une pathologie psychiatrique. Comment est né ce projet et pourquoi ?

Bien que l’on se soit attaché à ne pas les voir, il y a toujours eu des enfants auprès des personnes malades. Cependant, si aujourd’hui il devient urgent de tenir compte de leur présence, c’est que l’organisation des soins a énormément évolué. Nous nous appuyons sur les travaux du sociologue N. Carpentier (1) qui analyse les évolutions de la place accordée à la famille du patient depuis les débuts de la désinstitutionalisation jusqu’à nos jours. Il évoque un véritable changement de paradigme qui a fait passer la famille de « cause » du problème de santé à « solution » pour maintenir la personne dans son domicile.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro