N° 258 - Mai 2021

« Je ne peux plus faire comme si je n’étais pas malade… »

Auteur(s) : Charlotte YONGA, photographe qui illustre ce numéro de Santé mentaleNbre de pages : 4
FacebookTwitterLinkedInEmail

La photographe Charlotte Yonga, qui illustre ce numéro, souffre d’un trouble bipolaire, « une maladie qui affecte les relations, et précisément celles qui sauvent ». Elle revient sur son parcours, l’importance du soutien de ses proches, et sa récente maternité.

• À 19 ans, vous découvrez que vous souffrez d’un trouble bipolaire. Comment avez-vous vécu ce moment-là ?

À l’époque, je termine une année universitaire en histoire de l’art à Poitiers, où je n’ai pas réussi à prendre mes marques. C’est une année de transition, la première hors du foyer familial. Je veux m’orienter en école d’art, si possible à Paris. Après des partiels, je m’y rends et rencontre une bande de jeunes franco-brésiliens de mon âge, fraîchement arrivés de Sao Paolo pour faire leurs études en France. Leur culture et leur rapport à la nature, à la fête et à l’amitié me fascinent. C’est une période de ma vie libre, joyeuse et sans contrainte. Je ne saurais pas dire exactement quand commence la crise. Lorsque je retourne chez ma mère, dans une petite ville, je montre une spontanéité nouvelle qui semble surprendre autour de moi. Je ressens comme des élans d’intuition, d’inspiration et une sorte de connexion avec la nature.

Pour poursuivre votre lecture

ou

Acheter l'article

5,00 €

Acheter le numéro